11347
Jérôme Weinman prenons rendez-vous
  MENU

Le bilan de santé, le diagnostic et le parcours de soins pour un traitement de dentisterie esthétique

Le parcours de soins, les examens exploratoires et l’analyses des motivations du patient avant un acte de dentisterie esthétique par le docteur Jérôme Weinman, chirurgien dentiste à Paris et médecin dentiste à Genève.

Comment rajeunir votre sourire et l’expression de votre visage grâce aux facettes dentaires, et la chirurgie orale (implants dentaires, greffes osseuses et de gencives, PRF ou PRP).

Les examens exploratoires et les motivations du patient jouent un rôle crucial dans la préparation d’un acte de dentisterie esthétique.

En tant que chirurgien dentiste, le docteur Jérôme Weinman à Paris et médecin dentiste à Genève accorde une grande importance à ces étapes préliminaires.

Lors de la consultation initiale, le chirurgien dentiste effectue une évaluation complète de la situation bucco-dentaire du patient. Cela comprend l’examen clinique de la cavité buccale, l’évaluation de l’état des dents et des tissus environnants, ainsi que la prise en compte des antécédents médicaux du patient.

Parallèlement, des examens radiologiques appropriés sont réalisés pour obtenir une image précise de la structure osseuse des mâchoires, des dents et des tissus environnants. Ces examens peuvent inclure des radiographies en deux dimensions (2D) telles que les panoramiques dentaires, ainsi que des radiographies en trois dimensions (3D) telles que les scanners Cone Beam.

En plus des aspects cliniques et radiologiques, les motivations du patient sont également prises en compte. Le chirurgien dentiste discute avec le patient de ses attentes, de ses désirs esthétiques et de ses objectifs personnels en matière de dentisterie esthétique. Cette compréhension approfondie des motivations du patient permet d’élaborer un plan de traitement personnalisé qui répond à ses besoins spécifiques.

Le docteur Jérôme Weinman met l’accent sur une approche holistique de la dentisterie esthétique, en prenant en compte à la fois les aspects fonctionnels et esthétiques. Son expertise en tant que chirurgien dentiste à Paris et médecin dentiste à Genève lui permet d’offrir des solutions esthétiques de haute qualité, tout en tenant compte des besoins individuels et des motivations du patient.

Le “Smile Design”: cette approche États-Unienne.

Les chirurgiens dentistes en France et les médecins dentistes en Suisse qui se spécialisent dans le rajeunissement du sourire adoptent une approche diagnostique globale du patient. Lors d’une consultation esthétique, ils effectuent une analyse approfondie de votre sourire et de l’état de vos dents afin de proposer une restructuration de votre expression faciale et de votre sourire.

Cette approche correspond à ce qui est appelé “Smile Design” aux États-Unis.

Lorsque vous consultez pour un diagnostic de reconstruction des mâchoires, d’implantologie ou de dentisterie esthétique, des examens préliminaires approfondis sont indispensables. Le diagnostic global, basé sur l’interprétation de ces examens, incluant les données biologiques médicales et les radiographies dentaires, permet d’élaborer un plan de traitement pour la reconstruction des mâchoires et la réalisation de prothèses dentaires, ainsi que d’établir un devis pour un rajeunissement global de votre sourire.

L’établissement du diagnostic dentaire favorise également une relation privilégiée entre le patient et son dentiste avant d’entamer un traitement buccodentaire d’envergure.

Les soins dentaires de rajeunissement du sourire engagent l’avenir des personnes, c’est pourquoi la conception de ces traitements doit être minutieuse et complète. Par conséquent, en complément du diagnostic dentaire, le chirurgien-dentiste doit prendre en compte tous les paramètres médicaux de ses patients, y compris les pathologies médicales générales, en coopération avec les médecins traitants.

Les facteurs psychologiques, tels que la peur du dentiste (stomatophobie), la peur des piqûres (achmophobie) ou la peur du sang (hémophobie), ont également un impact important, entravant l’accès aux soins dentaires pour de nombreuses personnes. Ces souffrances psychologiques s’ajoutent aux douleurs dentaires, créant un cercle vicieux d’exclusion sociale et affective.

Le docteur Jérôme Weinman et son équipe accordent une attention particulière à la peur du dentiste. En collaboration avec des médecins anesthésistes, ils ont développé des protocoles de soins dentaires réalisés sous anesthésie générale ou sédation intraveineuse associée à l’hypnose. Ces méthodes permettent de traiter les patients ayant peur du dentiste en toute simplicité, dans un état de sommeil artificiel.


Les examens exploratoires et les motivations du patient

Les examens exploratoires et les motivations du patient en dentisterie

Les patients recherchent avant tout une amélioration de leur santé bucco-dentaire et de leur confort de mastication. La dentisterie moderne offre diverses solutions, telles que la dentisterie esthétique, l’implantologie dentaire et la prothèse dentaire, notamment les bridges en céramique, qui permettent de répondre à ces attentes.

La qualité des soins dentaires repose sur l’utilisation de prothèses dentaires numériques usinées en CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur), la pose d’implants dentaires, la chirurgie orale incluant les greffes osseuses, les greffes de gencives, la parodontologie et les extractions dentaires, notamment les dents de sagesse. Ces avancées modernes dans le domaine de l’odontologie sont des outils essentiels pour assurer des traitements efficaces et durables.

Par ailleurs, la dentisterie régénérative joue un rôle important en complément de ces approches thérapeutiques novatrices. L’utilisation du PRF (Platelet-Rich Fibrin) et du PRP (Platelet-Rich Plasma) permet de favoriser la régénération des tissus dentaires et d’améliorer les résultats cliniques.

Il est crucial d’effectuer des examens approfondis afin d’évaluer la situation bucco-dentaire du patient et d’établir un plan de traitement adapté à ses besoins spécifiques. Le dentiste mettra en œuvre ses connaissances scientifiques et ses compétences techniques pour offrir des soins de qualité, tout en tenant compte des avancées technologiques et des approches thérapeutiques modernes.

Il est recommandé de consulter régulièrement un dentiste qualifié et de suivre les recommandations en matière d’hygiène bucco-dentaire afin de maintenir une santé bucco-dentaire optimale et de prévenir les problèmes futurs.

La dentisterie régénérative avec l’utilisation du PRF et du PRP, vient parfaire cet ensemble thérapeutique novateur.


L’exploration initiale et diagnostic des pathologies dentaires et ORL

Les infections affectant les mâchoires, telles que les maladies parodontales ou les kystes dentaires, sont souvent détectées à un stade précoce lors d’un examen radiologique tridimensionnel systématique.

Voici quelques exemples courants de sources d’infections buccales non diagnostiquées :

Toutes ces infections non diagnostiquées entraînent un stress oxydatif qui augmente considérablement les risques de maladies systémiques.

Par exemple, les pathologies cardiovasculaires telles que les AVC, les infarctus du myocarde, les œdèmes pulmonaires et la rhabdomyolyse, ainsi que le diabète et la maladie d’Alzheimer, entre autres, sont exacerbés par les infections de manière générale.

Les infections parodontales non détectées libèrent des bactéries pathogènes qui ont désormais été scientifiquement prouvées comme ayant un rôle dans les accouchements prématurés, la maladie d’Alzheimer, les migraines et le diabète.


Comment rajeunir votre sourire malgré la peur du dentiste?

Les facettes dentaires, le blanchiment dentaire, les prothèses cosmétiques, l’orthopédie dento-faciale et l’orthodontie, ainsi que les traitements basés sur les cellules souches et les concentrés plaquettaires, font partie des interventions courantes en dentisterie esthétique.

Malheureusement, la peur du dentiste, également connue sous le nom de stomatophobie, empêche de nombreux patients de bénéficier de ces avancées en dentisterie esthétique.

La peur du dentiste, ou dentophobie, est un trouble psychologique sérieux, souvent sous-estimé par les autorités professionnelles en France telles que le Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, les centres de soins dentaires et les services hospitaliers.

En Suisse, ce trouble est davantage reconnu par les autorités médicales cantonales, ce qui permet d’autoriser l’utilisation de différentes techniques de sédation dentaire, allant de la plus simple à l’anesthésie générale, dans les cabinets dentaires afin de traiter confortablement les patients souffrant de la peur du dentiste.

De manière générale, les protocoles de sédation dentaire par narco-hypnose, autorisés en France, ainsi que les protocoles de neurolept-analgésie ou d’anesthésie générale en Suisse, jouent un rôle essentiel en permettant l’accès aux soins dentaires pour les patients atteints de dentophobie (peur du dentiste).

Actuellement, seuls les chirurgiens-dentistes en exercice libéral en France utilisent ces techniques de narcose en cabinet dentaire ou en clinique pour traiter les patients ayant une peur du dentiste. Il est important de promouvoir une prise en charge adaptée pour ces patients afin de leur offrir des soins dentaires dans des conditions de confort et de sécurité optimales.


Comment se passe les bilans exploratoires initiaux?

Dans le cadre des bilans exploratoires initiaux, deux examens sont essentiels et ne peuvent être négligés par le chirurgien-dentiste implantologue ou le smile designer : l’examen radiologique en 3D et l’examen biologique.

L’examen radiologique numérique en 2D et 3D est réalisé par un radiologue spécialisé à l’aide d’un scanner cone beam 3D puissant et moderne. Bien que les scanners de faible puissance utilisés dans les cabinets dentaires soient utiles en zone rurale, ils sont moins performants que les appareils de radiologie cone beam 3D grand champ, qui permettent d’acquérir simultanément des images des deux mâchoires (inférieure et supérieure) ainsi que des sinus faciaux jusqu’à presque la région frontale. Le radiologue rédige ensuite un compte rendu détaillé de son analyse des examens, confirmant ainsi les pathologies identifiées.

L’examen biologique est réalisé à partir d’une simple prise de sang. Les paramètres biochimiques étudiés fournissent des informations précieuses sur l’état général du patient avant de procéder à toute intervention.

Le dentiste chargé de diagnostiquer le patient pour le problème à l’origine de la consultation, en relation avec son domaine de spécialisation, doit s’efforcer d’identifier d’autres éventuels problèmes qui pourraient être passés inaperçus. Même si ce n’est pas le motif initial de consultation, il est important que le dentiste identifie toutes les pathologies dentaires et médicales du patient, conformément aux principes d’un bilan préopératoire exhaustif.

Suite à ces examens, des prescriptions sont remises au patient, qui devra revenir en consultation avec les résultats pour une analyse approfondie.


Comment la lecture du bilan exploratoire initial se déroule-t-elle?

Que la demande concerne la dentisterie esthétique, la reconstruction des mâchoires par la pose d’implants dentaires ou un bridge céramique, le déroulement du premier bilan reste essentiellement le même :

Lors du premier rendez-vous, le chirurgien-dentiste recueille les antécédents médicaux du patient et procède à une évaluation clinique de sa cavité buccale. L’interprétation des radiographies, telles que le panoramique dentaire et le bilan rétro-alvéolaire long cone, ainsi que les images en trois dimensions obtenues grâce au Scanner Cone Beam, lui fournissent des informations précieuses et révèlent des aspects souvent cachés.

Si nécessaire, des empreintes d’étude sont réalisées et les dents sont montées sur un articulateur semi-adaptable, un dispositif qui simule le fonctionnement des mâchoires et de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM), afin d’étudier la situation occlusale.

Dans le cas d’un bilan pré-implantaire, l’évaluation de la pose des implants dentaires dépend du volume osseux disponible et des éléments anatomiques adjacents. Des greffes osseuses pré-implantaires peuvent être envisagées si nécessaire, à cette étape de l’évaluation.

Le scanner 3D Cone Beam : Le bilan osseux et infectieux

Le scanner dentaire tridimensionnel Cone Beam est une technologie essentielle pour évaluer l’état osseux et infectieux de la dentition, des maxillaires et de la sphère ORL. Cette exploration en 3D est cruciale pour établir un diagnostic implantaire précis.

Le Dr Jérôme Weinman réalise cette exploration à Paris et à Genève en utilisant le scanner Cone Beam NewTom VG, une évolution verticale du tomographe volumique 3D à faisceau conique “Cone Beam”.

Chaque patient présente un volume et une qualité de masse osseuse spécifiques. Cette exploration revêt donc une grande importance car elle permet notamment de détecter une résorption osseuse, pouvant résulter d’une maladie parodontale ou parodontopathie, de kystes péri-apicaux délabrants ou d’extractions dentaires.

Des facteurs aggravants tels que l’hygiène bucco-dentaire, le tabagisme, l’occlusion et la génétique ont un impact significatif sur le niveau de résorption de l’os alvéolaire.

Le scanner Cone Beam 3D réalise cette exploration avec une exposition aux rayonnements moindre par rapport à un scanner CT traditionnel. En une seule procédure, il analyse la sphère ORL, la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure. En revanche, un scanner CT conventionnel avec un champ d’acquisition plus restreint nécessiterait deux ou trois examens distincts et une exposition inutile aux rayonnements.

Liens : maladie parodontale ou parodontopathie, de kystes péri-apicaux délabrants

L’étude 2D du bilan retro-alvéolaire et du panoramique numérique

L’exploration en 2D permet au chirurgien-dentiste d’identifier de manière précise les différentes pathologies dentaires, telles que les caries dentaires, l’état des anciennes couronnes ou bridges, ainsi que l’intégrité des traitements conservateurs réalisés précédemment. De plus, elle permet d’évaluer la durabilité des traitements endodontiques (dévitalisation des dents) et la qualité des traitements canalaires.

Cet examen radiographique permet également d’évaluer la situation occlusale du patient ainsi que l’état général de sa dentition. Il offre ainsi une vision globale de la santé bucco-dentaire du patient.

Liens : couronnes et bridges


L’état de santé général du patient

Lorsque des pathologies graves du système cardiovasculaire ou immunitaire, une insuffisance rénale ou hépatique, ou un diabète non équilibré sont présents, une extrême prudence est de mise lors des soins dentaires. Des précautions pré, per et post-opératoires doivent être mises en place en collaboration avec un médecin anesthésiste réanimateur, qui est le partenaire habituel du dentiste, ou avec le médecin référent du patient si nécessaire.

Le médecin anesthésiste est le seul praticien ayant les compétences médicales et légales pour effectuer une évaluation préopératoire complète.

En analysant les résultats du bilan biologique, le chirurgien-dentiste doit être en mesure de détecter d’éventuelles anomalies, telles qu’une carence en fer, une carence en vitamine D, une forme d’anémie, des signes d’inflammation, du diabète ou un taux élevé de cholestérol, en particulier le LDL qui est néfaste pour la santé osseuse.

Si nécessaire, le chirurgien-dentiste pourra corriger de petites carences, comme celle en vitamine D.

Les pathologies plus graves nécessitent la consultation d’un médecin anesthésiste ou l’orientation du patient vers son médecin référent pour gérer d’éventuelles maladies systémiques. Dans certains cas, des spécialistes tels qu’un cardiologue ou un diabétologue peuvent être sollicités pour traiter préalablement ces pathologies.

En effectuant un examen approfondi, en collaboration avec un médecin anesthésiste si nécessaire, le chirurgien-dentiste se prépare à réaliser des interventions sous anesthésie locale ou sous sédation dentaire, sans qu’un problème médical sous-jacent ne perturbe son travail.


L’état bucco-dentaire du patient

Le chirurgien-dentiste se concentre sur l’assainissement de l’environnement bucco-dentaire du patient afin de préparer le terrain pour tout traitement de grande envergure.

Avant de commencer un traitement esthétique dentaire ou implantaire de grande ampleur, il est essentiel d’éliminer le tartre, d’évaluer les dents qui nécessitent une extraction, de traiter les dents restantes et de réduire le niveau de bactéries présentes. Il est important d’intégrer la future réhabilitation dentaire dans un environnement bucco-dentaire fonctionnel et sain. Le succès du traitement esthétique dentaire ou implantaire de grande envergure dépend en grande partie de cette étape d’assainissement initial.


Quelle est la spécificité du bilan pré-implantaire?

Le bilan pré-implantaire est une étape essentielle qui nécessite une exploration approfondie du patient prenant en compte de nombreux critères. Il constitue une étape indispensable avant d’établir un plan de traitement implantaire.

Le bilan pré-implantaire comprend plusieurs étapes, notamment un bilan radiologique en 3D spécifique aux implants dentaires, ainsi qu’une évaluation de l’état de santé général du patient en collaboration avec le médecin anesthésiste. Le chirurgien-dentiste procède à une exploration détaillée de la bouche du patient, évaluant ainsi l’appareil manducateur et établissant un diagnostic pré-implantaire. À la suite de cette évaluation, un plan de traitement détaillé, accompagné d’un devis, est proposé au patient.

Le bilan radiologique 3D pré-implantaire, réalisé à l’aide de la technologie cone beam, ainsi que le bilan biologique, complétés par l’exploration clinique, jouent un rôle fondamental dans l’établissement du diagnostic initial. Ils permettent d’évaluer l’état de santé général du patient, la condition bucco-dentaire, le volume d’os alvéolaire disponible, ainsi que l’esthétique du sourire. Ces examens sont des prérequis indispensables pour évaluer le patient dans le cadre de la dentisterie esthétique et implantaire.

La planification du traitement implantaire ne peut être réalisée sans ces examens approfondis, garantissant ainsi une prise en charge optimale et personnalisée du patient.

Lien : Le bilan radiologique 3D cone beam pré-implantaire


Quelles sont les spécificités du bilan radiologique numérique pré-implantaire?

Le bilan radiologique numérique pré-implantaire peut être exploité par un logiciel de planification chirurgicale, notamment dans le cadre de l’implantologie assistée par ordinateur. Grâce aux données obtenues à partir du scanner Cone Beam 3D, ces protocoles permettent une planification précise de la pose des implants dentaires.

L’un des avantages majeurs de cette approche est l’utilisation d’un guide implantaire pendant la chirurgie, ce qui permet de poser les implants sans avoir à pratiquer une incision de la gencive. Cette technique, appelée “flapless”, présente des avantages tant pour le confort du patient, en réduisant les suites opératoires, que pour le praticien, en assurant un positionnement précis de l’implant. Cependant, il convient de noter que des études récentes ont démontré que le stress oxydatif généré lors d’une chirurgie avec une méthode flapless ou avec des incisions conventionnelles était équivalent.

Ces résultats remettent en question l’attrait des techniques chirurgicales réalisées en total aveugle, sans incision. Il est important de se référer à des études telles que celle menée par Mazzocco et al. (2017) qui ont examiné les changements de volume osseux après une pose immédiate d’implant avec ou sans élévation de lambeau.


Quel est le protocole de planification assistée par ordinateur?

Après avoir validé le projet de réhabilitation dentaire, le chirurgien-dentiste se doit de s’assurer de la compatibilité entre la structure osseuse des mâchoires et les futurs implants dentaires. Pour ce faire, il utilise une réplique prothétique radio-opaque du projet esthétique lors de la réalisation d’un scanner.

Cette réplique est placée dans la bouche du patient afin de générer des images tridimensionnelles qui permettent d’évaluer les relations entre les structures osseuses des mâchoires et les futurs implants dentaires, en prenant en compte la position idéale des dents.

Cette procédure permet d’établir un diagnostic précis et complet, qui servira de base à la programmation implantaire et à la validation du plan de traitement.

Grâce à cette approche, le chirurgien-dentiste peut répéter le protocole chirurgical autant de fois que nécessaire sur son ordinateur, afin de visualiser et d’optimiser le résultat le plus adapté au patient. Ainsi, il anticipe d’éventuelles complications lors de la chirurgie réelle, ce qui contribue à une meilleure planification et à une intervention plus sûre.


Comment évaluer le projet de dentisterie esthétique?

L’évaluation d’un projet de dentisterie esthétique repose sur une approche globale du rajeunissement du visage et du sourire, en accord avec les principes de la dentisterie esthétique et de l’anti-âge facial.

Une reconstruction en trois dimensions des mâchoires du patient est réalisée à partir d’un scanner. Cette simulation permet de créer en 3D le futur sourire et même de réaliser virtuellement un “masque” ou un “mock-up” du sourire sur l’ordinateur, offrant un aperçu visuel de ce sourire projeté.

Il est également possible de fabriquer une maquette du sourire en résine par le biais de la technologie de CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur), qui sera placée dans la bouche du patient. Cette maquette doit répondre à des critères précis à la fois esthétiques et fonctionnels.

Le patient joue un rôle essentiel dans l’apparence de son futur sourire. En collaboration avec le dentiste spécialisé en conception de sourires, le patient est invité à commenter et à valider le projet de dentisterie esthétique.

Cette étape initiale est fondamentale avant d’entreprendre tout traitement de dentisterie esthétique. C’est à partir de ce projet que le plan de traitement est élaboré, afin de mettre en place des facettes dentaires, des bridges céramiques ou des implants dentaires dans des conditions optimales.


Comment se passe le choix final du plan de traitement dentaire ?

Après les bilans biologique et radiologique en 3D, le diagnostic et les simulations réalisées à l’aide de logiciels de planification chirurgicale, un plan de traitement et un devis personnalisé sont établis, prenant en compte les besoins spécifiques et les attentes du patient. Ce plan de traitement peut varier en fonction de la disponibilité du patient, de sa situation géographique par rapport au cabinet dentaire, ainsi que de ses ressources financières.

La réalisation d’un devis est réalisée simultanément à cette étape du processus.

Une fois que les différentes options ont été validées par le praticien et le patient, elles sont présentées sous forme d’un plan de traitement chiffré, qui doit être signé par le patient pour donner son consentement éclairé.

Il est important de noter que le plan de traitement et le devis ne sont pas immuables et peuvent être sujets à des modifications au cours du traitement. Ces ajustements peuvent être décidés en cas d’aléas opératoires, de changements imprévus dans la vie du patient ou de découvertes de problèmes qui n’avaient pas pu être diagnostiqués lors de l’exploration initiale ou qui suscitent des doutes.

Dans de tels cas, il peut être nécessaire d’établir un avenant de modification au plan de traitement initial. Ce nouvel avenant sera accompagné d’un nouveau devis adapté à la nouvelle situation du patient, et exigera également son consentement éclairé.

Afin d’éviter tout malentendu, il est préférable d’établir un forfait global qui inclut tous les aléas potentiels, permettant ainsi une meilleure maîtrise des coûts pour le patient.


Que se passe-t-il une fois le plan de traitement accepté?

Suite à l’acceptation du plan de traitement, le chirurgien-dentiste implantologue ou smile designer et le patient fixent des rendez-vous pour mettre en œuvre le plan de traitement convenu.

En fonction du cas clinique et des préférences du patient, il peut être nécessaire de solliciter l’intervention d’un médecin anesthésiste. En France, des sédations vigiles, telles que la narco-hypnose, peuvent être utilisées pour gérer l’anxiété dentaire lors des interventions. En Suisse, des techniques telles que la neurolept analgésie ou l’anesthésie générale sont disponibles au cabinet dentaire avec la présence d’un anesthésiste.

Il est important de noter que, en France, ces techniques d’anesthésie sont réservées aux interventions chirurgicales complexes et ne sont réalisées qu’en clinique ou en milieu hospitalier.