182
Jérôme Weinman Contactez nous
Menu
 
Vous êtes ici : Dr Jérôme Weinman, chirurgien-dentiste à Paris et médecin-dentiste à Genève » La maladie parodontale, parodontite, ou parodontopathies

La maladie parodontale, parodontite, ou parodontopathies

En France, les parodontopathies touchent plus de 80% des adultes de 35 et 44 ans. C’est une enquête de l’ICSII, menée par l’ADF sous l’égide de l’OMS qui nous rapporte ces chiffres.

maladie parodontale

Qu’est-ce que la parodontite ?

Les maladies parodontales sont l’ensemble des pathologies qui touchent les tissus de soutien des dents, appelés parodonte. Les quatre tissus qui composent le parodonte sont :

  • La gencive ;
  • L’os alvéolaire ;
  • Le ligament alvéolo-dentaire ;
  • Le desmodonte et le cément.

Lorsqu’une pathologie affecte tout le parodonte, on la qualifie de parodontite. Si elle ne touche qu’une partie des tissus, on emploie des termes spécifiques (la gingivite lorsqu’il y a une inflammation de la gencive, l’alvéolyse s’il y a une perte osseuse).


Étiologie des parodontites

Les maladies du parodonte sont causées par la plaque dentaire. La plaque dentaire est constituée d’un ensemble microbien dont font partie les bactéries, les virus, les protozoaires, et les levures.

La plaque dentaire peut être éliminée en maintenant une bonne hygiène bucco-dentaire quotidienne. Ainsi, il est possible d’éviter et de prévenir très simplement les parodontites courantes sans cause génétique.


Les différentes classes de gingivites

La gingivite se présente sous cinq classes :

  • Gingivite classique : une inflammation de la gencive due à la présence de la plaque dentaire.
  • Gingivite hypertrophique généralisée : elle est due à la prise de certains médicaments comme les antiépileptiques et certains bêtabloquants.
  • Gingivite hypertrophique localisée.
  • Les épulis : fréquents chez la femme enceinte, ils sont dus à certaines hormones féminines.
  • Gingivite ulcéro-nécrotique (GUN) : les patients immunodéprimés risquent de développer ce type de gingivite qui se caractérise par une nécrose du tissu sans formation de poche. Cette pathologie se développe à la suite d’un stress important ou d’une maladie grave.

Les différentes classes de parodontites

Comme pour les gingivites, il existe plusieurs classes de parodontopathies :

  • Parodontite simple : alvéolyse horizontale.
  • Parodontite chronique ou complexe : alvéolyse horizontale. Un facteur aggravant s’y ajoute : l’occlusion.
  • Parodontite agressive ou à progression rapide : alvéolyse localisée ou généralisée, horizontale et/ou verticale. Un facteur aggravant s’y ajoute : la génétique.

Les conséquences des parodontopathies

Des conséquences mortifères sur la dentition

Les affections du parodonte sont des maladies bactériennes qui consument l’os de maintien des racines dentaires. Lorsque ce tissu osseux d’ancrage est détruit, on parle de déchaussement des dents qui peut aboutir à la perte des dents. Les maladies du parodonte sont une des causes majeures de l’édentement de l’adulte.


L’importance de l’hygiène bucco-dentaire

Le défaut d’hygiène bucco-dentaire a de lourdes conséquences sur la santé de la dentition et de l’organisme.

Il est primordial d’effectuer un brossage des dents quotidien efficace grâce aux outils suivants :

  • La brosse à dents à poils souples ;
  • Le fil dentaire, ou les brossettes interdentaires.

Traitement des parodontites

Les principes globaux des protocoles de soins des parodontopathies sont clairement établis depuis de nombreuses années sur le plan médical ; ils ont peu évolué depuis. Cependant, des progrès dans la recherche ont été réalisés, notamment sur les tissus utilisés et leur application. Des progrès ont été probants dans l’utilisation des matériaux de comblements synthétiques et des membranes collagéniques.

L’innovation se trouve du côté de l’approche globale des plateaux techniques médicalisés. La sédation permet aujourd’hui de réaliser plusieurs interventions sur le parodonte en une seule fois au bloc opératoire.

Ces protocoles novateurs sont appliqués dans le respect des obligations médico-légales en vigueur. Ils affinent les résultats des soins, puisqu’ils permettent une meilleure gestion de l’anxiété du patient, et limitent donc les inflammations et les saignements.

De plus, le temps des traitements étant optimisé, le parodonte est moins exposé à l’air libre durant l’opération. Les résultats sont moins aléatoires.