184
Jérôme Weinman Contactez nous
Menu
 

Les traitements des parodontopathies

Le traitement des parodontopathies, ou déchaussement des dents, est réalisé à Paris et à Genève par le Docteur Jérôme Weinman.

traitement des parodontopathies

Une inflammation de la gencive peut se résorber totalement, et le chirurgien-dentiste peut stabiliser cette parodontite. Cependant, bien qu’il soit possible de retrouver de la hauteur d’os, il y a un risque que la gencive cicatrise à distance de sa hauteur d’origine.


Les traitements parodontaux sans chirurgie

Le respect d’une hygiène bucco-dentaire impeccable

Lorsqu’elle est prise à temps, la pathologie du parodonte peut être soignée sans employer de traitements invasifs.

Une hygiène bucco-dentaire rigoureuse est un prérequis incontournable. Les traitements contre les maladies parodontales ne pourront pas être efficients si ce prérequis n’est pas respecté.

Une bonne hygiène bucco-dentaire passe par un brossage de dents quotidien (deux fois par jour au minimum), d’une durée de trois minutes, en utilisant une brosse à dents à poils souples, et en complétant le brossage par un passage de fil dentaire ou de brossette interdentaire.

Vidéo pédagogique sur les causes et le traitement des parodontopathies :

Le détartrage

Le détartrage est réalisé chez le chirurgien-dentiste. Il consiste en une élimination du tartre accumulé sur la dentition grâce à un détartreur, un appareil utilisant les ultrasons, ou des curettes, par le biais d’une action mécanique.

Le surfaçage radiculaire

Le surfaçage radiculaire consiste en un travail de désinfection mécanique (lissage ou polissage) de la surface de la racine d’une zone où la gencive est décollée. Ce traitement est réalisé sur la partie qui est en dessous de la gencive de la surface radiculaire. Il ne nécessite qu’une simple anesthésie locale.


Les traitements chirurgicaux du parodonte

Dans le cas où la pathologie du parodonte serait à un stade trop avancé, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Les traitements parodontaux chirurgicaux sont contre-indiqués aux fumeurs, aux diabétiques à la glycémie non contrôlée, et aux patients immunodéprimés.

Le curetage parodontal

Le chirurgien-dentiste crée un lambeau (une découpe de la gencive) afin d’accéder de façon directe à la surface de la racine malade. La cicatrisation est plus longue qu’après un surfaçage classique.

Le comblement osseux de poche parodontale

La poche parodontale peut être défectueuse. Le comblement osseux permet de remplir cette poche en utilisant un greffon allogénique, xénogénique, ou alloplastique. Cette intervention va permettre au patient de gagner de la hauteur d’os. Les racines dentaires seront ainsi mieux ancrées dans l’os.

La régénération tissulaire guidée ROG

La technique ROG permet aux tissus de se régénérer en se servant d’une greffe osseuse. Celle-ci peut être allogénique, xénogénique, ou alloplastique. On vient l’associer à des membranes collagéniques. Ainsi, la hauteur de l’os est augmentée, et l’ancrage radiculaire est assuré.

L’apport des PRF et des PRP dans le traitement du parodonte

Le PRF, Plasma Riche en Fibrine, et le PRP, Plasma Riche en Plaquettes procurent des facteurs de croissance nécessaires à une parfaite cicatrisation.

Vidéo pédagogique sur les PRP et les PRF selon la méthode Regenlab :


Les traitements médicaux du parodonte

La flore bactérienne et parasitaire bucco-dentaire peut être contrôlée par la médication antibiotique. Il s’agit là d’utiliser un microscope pour repérer les souches qui causent la pathologie dont souffre le patient. Des tests ADN peuvent également être réalisés. Grâce aux antibiotiques, le biofilm dentaire se recrée, et les poches parodontales guérissent.

Les traitements parodontaux symptomatiques

Les traitements dits symptomatiques traitent les signes visibles de la pathologie dentaire. Ils sont employés en plus du traitement étiologique, ou servent à amoindrir les signes résiduels qui suivent le traitement curatif, notamment la mobilité dentaire. On trouve plusieurs techniques de traitements symptomatiques.

De nos jours, la technique la plus employée repose sur la réalisation d’une petite tranchée sur la face linguale ou occlusale des dents malades pour y noyer un fil en métal dans un matériau composite.