11341
Jérôme Weinman Contactez nous
Menu
 

Les implants zygomatiques 

Qu’est ce que les implants zygomatiques par le docteur Jérôme Weinman chirurgien dentiste à Paris et médecin dentiste à Genève.

Le professeur Per Ingvar Brånemark a inventés les implants zygomatiques afin de déterminer quelle serait la meilleure alternative aux implants dentaires conventionnels. Les implants dentaires conventionnels sont insérés dans l’os alvéolaire du maxillaire. Lorsqu’à la suite d’extractions dentaires la fonte osseuse est arrivé à son stade quasi terminal, les implants dentaires conventionnels ne peuvent plus être posés sans des greffes osseuses en particulier les comblements de sinus, aussi appelé sinus lift.

En Suède, dans les années 90, le professeur P.I. Brånemark a lancé une technique consistant à utiliser, l’os qui forme les pommettes, appelé os malaire ou os zygomatique, comme point d’ancrage pour le placement des implants dentaires dits zygomatiques.

En 2003-2004, les résultats et les données concernant ces implants zygomatiques ont été publiés et ont montré des taux de réussite similaires aux implants dentaires conventionnels.

L’os des pommettes est un os cortico-spongieux de bonne résistance mécanique. La plupart des patients ont suffisamment de volume osseux disponible pour un ou deux voir trois implants zygomatiques. Lorsque ces implants zygomatiques sont reliés à un bridge implanto-porté transvissé, ils résistent aux forces de mastication, dans un usage normale.


A qui s’adressent les implants zygomatiques?

Ils sont indiqué, uniquement, pour les patients totalement édentés, présentant une forte résorption osseuse au niveau du maxillaire (mâchoires du haut), lors d’une demande de prothèse fixe. Lorsque les patients ne supportent plus les prothèses amovibles (dentier) et qu’ils n’ont plus suffisamment de tissu osseux pour envisager des implants dentaires conventionnels, sans greffes osseuses, soit d’apposition, soit de comblement de sinus.

Les implants zygomatiques sont placés dans l’os zygomatique qui est situé au dessus du maxillaire. C’est un tissu osseux qui ne se résorbe pas même dans les cas de fonte osseuse terminale du maxillaire. Il permet un ancrage implantaire de qualité pour une prothèse dentaire implanto-portée, fixée immédiatement après la pose des implants (Mise en charge immédiate).

Les implants zygomatiques ne peuvent être utilisés qu’à la mâchoire supérieure puisqu’il n’y a pas de structures osseuses, semblables à l’os zygomatique, adjacent à la mandibule (mâchoires du bas).

Lors d’une atrophie sévère de l’os alvéolaire de la mâchoire inférieure, un autre plan de traitement doit donc être proposé au patient pour restaurer sa dentition du bas.


Quels sont les avantages des implants zygomatiques ?

– Les implants zygomatiques permettent d’éviter le recours aux greffes osseuses lorsque l’os alvéolaire (l’os de la mâchoire où les dents se situent) est en quantité insuffisante pour y insérer des implants dentaires conventionnels.

– Ils ont un taux de survie excellent. Une étude, à long terme, Nobel montre un taux de survie moyen de l’implant zygomatique de 95,12 % à 10 ans.

– Les complications possibles, au niveau des sinus maxillaires, comme dans le cas de comblement de sinus (ou sinus lift) pour la pose d’implants conventionnels, sont moindre, même si le risque existe toujours, bien sûr.

– La planification de la pose d’implant Zygomatique est possible avec, entre autre, le logiciel NobelClinician.

L’insertion des implants zygomatiques peut donc être assistée par ordinateur. Cela permet au chirurgien de simuler l’intervention préalablement et de la planifier. Les résultats sont donc prévisibles, dans une certaine mesure.

Cela permet d’optimiser le diagnostic, le plan de traitement et la communication avec le patient.

–  Les implants zygomatiques permettent de repartir avec une prothèse provisoire vissée immédiatement après la chirurgie. C’est la mise en charge immédiate. L’ancrage multi cortical dans l’os zygomatique (ou malaire) permet une stabilité primaire élevée donnant la possibilité de l’installation immédiatement après l’intervention d’une prothèse implanto-portée qui redonne la fonction masticatoire et l’esthétique du sourire au patient. 

– Le temps de cicatrisation est plutôt moindre par rapport aux implants dentaires conventionnels, optimisant ainsi le temps de traitement global.

– Le délai de prise en charge est donc très rapide : Après une seule intervention chirurgicale, le patient peut retrouver une prothèse fixe le jour de la mise en place des implants zygomatiques.


Quels sont les inconvénients des implants zygomatiques?

– Compte tenu du nombre peu important d’implants zygomatiques posés et de l’absence de greffes osseuses, la prothèse implanto-portée fixée sur les implants zygomatiques doit parfois avoir une partie qui repose sur le palais du patient. Le confort et la qualité de la phonétique du patient est ainsi un peu diminuée.

– Bien sûr, toutes les pathologies du maxillaire et des sinus identifiées avant la pose des implants zygomatiques, par l’exploration scanner cone beam 3D, devront être traitée préalablement.

– Entre une et trois paires d’implants zygomatiques (soit entre 2 et 6 implants seulement) peuvent être posés. Si un problème survient sur l’un des implants zygomatiques, c’est toute la prothèse sur implants qui sera deséquibrée et peut-être condamnée à terme. Une autre solution devra être trouvée. A condition que cela soit possible et que le cas ne soit pas définitivement perdu. 95 % de réussite signifie 5 % d’échec.

Le protocole de pose d’implants zygomatiques est très complexe et difficile à réaliser. C’est une véritable chirurgie de reconstruction maxillo-faciale qui, à mon sens, ne se justifie que dans des cas extrêmes de sauvetage. L’échec toujours possible ne permet pas facilement un “retour en arrière”.


Description du protocole de pose des implants zygomatiques.

Les implants zygomatiques sont beaucoup plus longs que les implants dentaires conventionnels puisqu’ils s’insèrent dans le pied du malaire, situé au dessus du maxillaire supérieur, où sont classiquement posés les implants dentaires.

L’étude préalable par un scanner Cone Beam permet d’analyser les structures osseuses, et spécifiquement l’os des pommettes, en trois dimensions. 

Les implants zygomatiques sont placés sous sédation profonde, type anesthésie générale, au bloc opératoire.

On distingue deux cas de figure de pose des implants zygomatiques en fonction de degré de résorption de la partie antérieur du maxillaire.

Si la partie antérieure du maxillaire n’est pas totalement résorbée:

Les implants zygomatiques se posent classiquement par une seule paire, jumelée à l’installation d’implants conventionnels dans les secteurs antérieurs pour assurer la stabilité. Classiquement 2 à 4 implants conventionnels sont nécessaires dans la partie antérieure.

Dans les parties postérieures de la mâchoire supérieur, en raison de l’extension (pneumatisation) des sinus et de la résorption de la crête alvéolaire (où sont normalement situés les dents), il n’y a souvent plus assez de volume osseux résiduel pour stabiliser des implants dentaires conventionnels.

Dans cette situation, deux implants zygomatiques sont placés dans la région de la deuxième prémolaire.

La partie crânienne des implants zygomatiques doit se situer dans l’os de la pommette.

La partie dentaire des implants zygomatiques doit être placée sur la crête osseuse alvéolaire, en dessous des futures prémolaires.

Les implants zygomatiques peuvent être situé à l’intérieur, à l’extérieur ou dans la paroi osseuse de la partie externe du sinus maxillaire. Le placement de celui-ci est exclusivement déterminé par les deux extrémités de l’implant. Dans le cas où l’implant zygomatique est placé en dedans de la paroi du maxillaire, une fenêtre type Caldwell-Luc doit être réalisée, de plus ou moins grande étendue en fonction du trajet de l’implant.

Deux à quatre implants dentaires conventionnels sont placé au même moment, pour stabiliser l’ensemble, à la hauteur des incisives et des canines dans l’os alvéolaire résiduel, en dessous du nez.

L’opération est toujours suivie d’une mise en charge immédiate : Le patient pourra avoir sa prothèse dentaire implanto-portée fixe vissée sur l’ensemble des implants, en résine sur armature métallique, dans la semaine. Une version définitive de cette prothèse avec un cosmétique en céramique plutôt qu’en résine sera posée 6 à 8 mois plus tard, si besoin.

Si la partie antérieure du maxillaire est totalement atrophique.

Dans ce cas de figure, la résorption osseuse est extrême. Il manque de volume osseux implantable suffisant, non seulement pour la partie postérieur au niveau des sinus, mais aussi pour la partie antérieure où peuvent être posé les implants dentaires classiques.

Deux à trois paires d’implants zygomatiques (4 à 6 implants à gauche et à droite au total) peuvent être posé dans ce cas de figure dans l’os zygomatique.

Dans ce cas de figure, aucun implant dentaire conventionnel, en relais de fixation antérieur, n’est requis. Mais, quand cela est possible, il est toujours recommandé de poser au moins un implant dentaire classique supplémentaire au niveau du secteur antérieure, pour obtenir une meilleure stabilité.