9363
Jérôme Weinman Contactez nous
Menu
 
Vous êtes ici : Chirurgien-dentiste à Paris » Médecine régénérative » Le PRF (Platelet-Rich-Fibrin) ou Plasma Riche en Fibrine
Vous souhaitez partager les informations de cette page avec vos amis, cliquez sur les icônes ci-dessous
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Le PRF (Platelet-Rich-Fibrin) ou Plasma Riche en Fibrine

La technique des Plasma Riche en Fibrine ou PRF  (J. Choukroun, Schleicher 2000) permet de fabriquer une membrane biologique riche en facteur de croissance et favoriser la croissance osseuse et gingivale. 

Le Plasma Riche en Fibrine est un sous-produit du sang (plasma) qui est riche en plaquettes.

La nouvelle technologie permet au médecin de récolter et produire une quantité suffisante de PRF à partir de quelques millilitres de sang prélevé chez le patient. Le plasma est concentré grâce à un protocole de centrifugation au cabinet et plusieurs tubes peuvent être prélevés en fonction des besoins. Un tube de 8 ml donne une membrane de PRF d’environs deux à trois centimètres.

Contrairement à certaines techniques de prélèvement de PRP aucun traitement chimique anti-coagulant n’est utilisé pour le PRF puisqu’on recherche justement l’agrégation de la fibrine.

C’est une auto-transfusion (greffe plasmatique autologue) donc il n’y a aucun risque de contamination croisée.

SOMMAIRE

Les exemples d’utilisations cliniques du PRF

L’utilisation de PRF suite aux extractions dentaires

L’élévation du plancher du sinus maxillaire chez les maxillaires atrophiés postérieurs

L’utilisation du PRF pour le traitement des récessions muco-gingivales

L’utilisation du PRF pour la régénération parodontale

Le PRF en tant que complément à l’implantologie

La Régénération Osseuse Guidée (ROG) et l’apport des PRF

L’ utilisation de PRF dans la mise en charge immédiate

L’utilisation de PRF dans l’esthétique et le rajeunissement du visage

Les composants biologiques du PRF Fibrin Rich Platelet

L’évolution des protocoles de fabrication du PRF

Protocole d’obtention des PRF (J.Choukroun, Schleicher 2000)


Pourquoi un tel engouement pour les PRF ?

Les PRF permettent au corps d’optimiser les voies de guérison normale sur un rythme accéléré grâce à une stimulation des cellules mères présentent dans la région.

Pendant le processus de guérison, de nombreuses cellules se déversent dans le corps et sur la plaie afin d’amorcer le processus de guérison. Un de ces types de cellules sont les plaquettes.

Les plaquettes remplissent de nombreuses fonctions, y compris la formation d’un caillot de sang et la libération de facteurs de croissance (Growth Factor ou GF) dans la plaie.

Ces GF (plaquettes de croissance dérivées des facteurs PDGF, facteur de croissance transformant TGF bêta, et le facteur de croissance analogue à l’insuline ILGF) a pour fonction d’aider le corps à se réparer en stimulant les cellules souches pour régénérer de nouveaux tissus. Les facteurs de croissance libérés sont séquestrés dans la plaie, et les cellules souches seront plus stimulées pour produire de nouveaux tissus. Ainsi, on peut facilement voir que les PRF permettent au corps à guérir plus vite et plus efficacement.

Les PRF ont de nombreuses applications cliniques

Les greffes osseuses pour implants dentaires. Cela comprend :

  • les greffes en onlays et inlays;
  • les procédures de comblement de sinus;
  • les procédures d’augmentation de crête;
  • la réparation des défauts osseux créés par les extractions des dents ou des kystes;
  • la réparation des fistules entre les sinus et la bouche.

Exemples d’applications du PRF et nouveaux protocoles de dentisterie régénérative

La plupart des protocoles chirurgicaux en chirurgie  orale ont été modifié à l’aune de la technologie des PRF. Mais pas seulement!

Chaque scientifiques ou cliniciens ont à cœur d’explorer les immenses potentiels de cette nouvelle thérapie et de faire évoluer les mentalités et les protocoles. 

C’est ainsi que nouveaux protocoles ont été inventé grâce au formidable potentiel régénérateur des PRF.

Par exemple, les protocoles de greffes de gencives et de greffes osseuses ont été reformatés et réinventés sur les principes de la dentisterie régénérative grâce au docteur Joseph Choukroun.

Il a su créer tout un univers et une communauté médical qui gravite autour de ses principes qu’il a et qu’il continu d’édicter. 

1. L’utilisation de PRF pour la gestion des alvéoles suite aux extractions

Note : Les protocoles de comblements alvéoles sont décrits plus spécifiquement dans le chapitre: “greffes osseuses pré implantaires“.

Les propriétés de cicatrisation et les avantages de l’utilisation de la fibrine riche en plaquettes (PRF) a été le plus fréquemment mis en évidence lors de la gestion des alvéoles vides après une extraction.

Fait intéressant, les recherches menées au cours de la dernière décennie ont montré que la principale cause de l’accélération de la résorption tridimensionnels de l’os alvéolaire après l’extraction d’une ou plusieurs dents est principalement due au manque d’approvisionnement en sang résultant de cette perte de dents. 

Dans l’os alvéolaire, le ligament parodontal contient la majeure partie de l’apport sanguin. Une fois la dent et donc le ligament autour retiré, une perte osseuse rapide et radicale se produit autour des dents manquantes, notamment sur les minces parois osseuses buccales et faciale.

L’utilisation du PRF offre de nombreuses options de traitement des sites d’extraction dentaire. 

Le PRF peut être utilisé comme matériau de greffe unique par un comblement de l’alvéoles par de membranes de A-PRF.

Ou bien, le PRF peut être utilisé en combinaison avec tous les types de  greffons osseux de comblement pour limiter les modifications dimensionnelles post-extractionelles. 

Dans ce dernier cas, le protocole qui devient le standard est décrit par le docteur Joseph Choukroun comme un mélange d’os de banque et de I-PRF. 

Une couverture de membranes de A-PRF vient parfaire l’ensemble.


2. L’élévation du plancher du sinus maxillaire chez les maxillaires atrophiés postérieurs

Note : Voir le chapitre greffes pré implantaires et comblement de sinus de ce site.

Nous avons un recul de plus de trente ans depuis la première intervention d’élévation du plancher du sinus maxillaire. 

Bien que de nombreuses améliorations aient été apportées en ce qui concerne les techniques chirurgicales et le choix de biomatériaux, cette procédure reste associée à de nombreux risques potentiels de complications. La plus fréquente étant la déchirure de la membrane dite de Schneider qui tapisse les parois sinusiennes. C’est cette fine membrane qui a la consistance d’une feuille de papier toilette mouillée qui doit être délicatement relevée afin d’insérer en dessous un greffon osseux et réaliser le sinus lift.

Le chirurgien bien que familiarisé avec les caractéristiques anatomiques et les anomalies de la cavité du sinus maxillaire peut perforer cette membrane si fragile.

Le taux de perforation important de la membrane de Schneider en cours de sinus lift a comme conséquence possible un risque d’infection aiguë ou chronique.

La pose de matrices de A-PRF pour réparer les petites effractions de cette membrane de Schneider est démontrée comme particulièrement efficace.

De même que l’utilisation de I-PRF comme agent de liaison des granules d’os de banque utilisée comme greffons osseux intra sinusien.

La loge intra sinusienne délimitée par le plancher du sinus maxillaire et la membrane de Schneider est remplie par de greffon saturé de PRF sous toutes ses formes. L’apport plaquettaire et de cellules du groupe cicatriciel est considérable.

Bien sûr, les risques d’aléa restent nombreux. Mais ces protocoles novateurs sont des garantis d’optimisation de la cicatrisation.

Procédures d’élévation du plancher sinusal maxillaire avec adjonction de PRF : Les greffons osseux imbibés  de I-PRF et les matrices de A-PRF.

Tout une gamme de biomatériaux osseux est utilisée pour combler partiellement le sinus maxillaire atrophique. 

Les substituts osseux avec ou sans membranes de collagène (comme barrière cellulaire et emballage du greffon) ont été le plus souvent utilisés. 

Le développement de concentrés de plaquettes de seconde génération PRF génère de nouveaux protocoles.

Des premières études ont été faites pour déterminer si le PRF pouvait être utilisée seule.

Le PRF peut-il remplacer les biomatériaux classiques en créant un matrice uniquement constituées de fibrine dérivés du sang du patient ?

Après dix ans d’essais cliniques, les études montrent que le PRF peut être utilisé comme un matériau de greffe mais qu’il doit être le plus souvent associé à des particules de greffon osseux pour améliorer le maintien de l’espace ainsi que le potentiel angiogénique dans la cavité du sinus. 

Dans ce dernier cas, le protocole (qui devient un standard) est celui décrit par le docteur Joseph Choukroun : 

Un mélange d’os de banque et de I-PRF qui donne un matériau bioactif appelé “sticky bone”.

Une couverture de membranes de A-PRF vient parfaire l’ensemble:

Le A-PRF est également évoqué pour la fermeture de la fenêtre après une élévation du plancher du sinus maxillaire en utilisant l’approche latérale (Caldwell-Luc).

Le A-PRF est fréquemment utilisé pour la réparation des perforations de la membrane de Schneider qui tapis le sinus. 


3. L’utilisation du PRF pour le traitement des récessions muco-gingivales

Note : Voir le chapitre greffe muco-gingivales de ce site

La nouvelle technique de régénération des tissus mous (gencives attachées et muqueuse) baptisée FASTP (Fibrin Assisted Soft Tissue Promotion) apporte des améliorations notables en chirurgie esthétique et plastique du contour gingival.

L’utilisation de PRF a été utilisée pour une grande variété de protocoles dans les domaines médicaux et dentaire. 

Les résultats des nombreux essais cliniques randomisés ont mis en évidence son aptitude marquée à favoriser la cicatrisation des plaies des tissus mous. 

Cette propriété est utilisée pour accélérer la régénération des récessions muco-gingivales. 

Un nouveau concept chirurgical est introduit après des années d’expérience clinique avec le PRF, appelée technique FASTP ou “Fibrin Assisted Soft Tissue Promotion” pouvant se traduire par «Optimisation de régénération des tissus mous induit par la fibrine».

Le principe est une introduction de membranes de A-PRF grâce à une tunellisation dans la muqueuse (avec ou sans apport de gencive attachée prélevées au palais) associée a une traction des tissus mous.

Cette traction réalisée grâce à des points de sutures complexes conjuguée à l’induction de la régénération tissulaire grâce au PRF conduit a un recouvrement des récessions muco-gingivales optimal.


4. L’utilisation du PRF pour la régénération parodontale

Note : Voir le chapitre parodontologie de ce site 

Au cours des 20 dernières années, on a observé une augmentation de la prévalence des parodontopathies dus en particulier à l’accroissement de la longévité de la vie.

La parodontite est une maladie infectieuse bactérienne liés à l’âge et un déficit immunitaire plus ou moins marqué.

La régénération des défauts infra-osseux et des furcation a été réalisée au moyen d’agents biologiques et des facteurs de croissance contenue dans les PRF.

Celles-ci font suite à une série d’études pionnières utilisant des membranes de collagène barrières, qui ont d’abord établi le concept de régénération tissulaire guidée (GTR) avec ou sans divers biomatériaux de greffe osseuse. 

Les facteurs de croissance et les agents biologiques ont ensuite été introduits en tant qu’agents de régénération potentiels pour les défauts infra osseux péri radiculaire et des furcations.

Environ 20 ans après l’introduction dans l’arsenal thérapeutique des facteurs de croissance dérivé des plaquettes de première génération comme le PDGF, les dérivés de matrice d’émail (EMD), c’est finalement les concentrés plaquettaires comprenant le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et le PRF qui sont étudiés pour la régénération tissulaire des anomalies du parodonte.

Le PRF a récemment été utilisé dans le traitement  des parodontites. Comme nous avons des facteurs de croissance autologues sans nécessiter l’utilisation d’anticoagulants en concentration supra-physiologique sous forme de membranes, il est commode de les insérer dans les lésions angulaires osseuses.

Il a également été démontré que le réseau de fibrine servait de matrice provisoire permettant la création d’espace, soutenant l’angiogenèse et la formation de caillots sanguins dans les poches parodontales. 

Les essais cliniques randomisés portant sur l’utilisation de PRF pour la régénération et la réparation des défauts infra-osseux et des furcations sont probants.

Les études comparatives démontrent que cette modalité de régénération réduit les profondeurs des poches parodontales et augmente les niveaux d’attachement clinique lorsqu’elle est utilisée seule ou en combinaison avec d’autres biomatériaux parodontaux.


5. Le PRF en tant que complément à l’implantologie

Note : Voir le chapitre implantologie de ce site.

L’utilisation du PRF favorise la cicatrisation tissulaire autour des implants à la fois sur la cicatrisation osseuse pendant l’ostéointégration et aussi sur l’amélioration des tissus mous autour des implants.

Les protocoles de traitement sont plus rapides et le maintien à long terme est optimisé.

Les implants dentaires sont progressivement devenus la norme pour le remplacement des dents manquantes. Aujourd’hui, l’ostéointégration osseuses implantaire n’est plus considéré comme une question mais comme une certitude. 

Comme pour toutes les techniques abouties, l’accent est maintenant mis sur les détails des protocoles et des techniques de traitement. 

Ces dernières années, l’attention des praticiens s’est focalisée sur la rapidité et la qualité de l’ostéointégration. Les protocoles d’intervention visent à améliorer le type d’os afin d’optimiser la stabilité primaire au moment de la pose de l’implant.

La conséquence est un raccourcissement du temps nécessaire au chargement de l’implant avec des mises en charge immédiate ou sur un temps raccourci.

Les objectifs thérapeutiques ont ainsi été optimisés comme par exemple la stabilité esthétique à long terme, qui dépend notamment du biotype parodontal, de la quantité et de la qualité de l’os supportant l’implant. 

La gestion des tissus mous entourant l’implant et de sa restauration, fait également partie des problèmes critiques. Il est maintenant reconnu que la question de l’entretien de ces tissus de soutien est essentielle pour la santé et la stabilité à long terme de l’implant.

Le placement des implants doit donc tenir compte de nombreux facteurs mais l’importance de la vascularisation de l’os et des tissus mous entourant l’implant est fondamental pour le succès à long terme. 

Aujourd’hui, la relation symbiotique entre l’os et les tissus mous pour maintenir l’intégrité de l’implant est de mieux en mieux comprise. 

Les tendances passées et actuelles se sont concentrées sur l’os et son augmentation en tant que clés du succès de l’implant. 

Cependant, c’est la relation symbiotique entre l’os et les tissus mous qui maintient la santé et l’esthétique à long terme. L’os soutient les tissus mous et, en retour, les tissus mous renforcent la stabilité de l’os. 

Pour cette raison, il est essentiel de veiller à ce que les sites implantés soient gérés de manière appropriée afin d’optimiser l’os et les tissus mous. 


6. La Régénération Osseuse Guidée (ROG) et l’apport des PRF

La ROG jouent un rôle de premier plan dans la dentisterie régénérative depuis le milieu de 1980.

Le principe de la ROG est sous tendue par l’utilisation de membranes collagène barrières qui empêchent l’infiltration osseuse de tissus mous à croissance rapide en compétition avec les tissus osseux minéralisés à croissance plus lente. 

Ces concepts sont largement utilisés dans la reconstruction osseuse de l’os en chirurgie orale pré implantaire.

Les protéines morphogénétiques osseuses (Bone morpho protéine ou BMP) sont considérées comme la référence pour faciliter une nouvelle formation osseuse. Pour autant, une vague de recherche utilisant les concentrés plaquettaires (PRP et PRF) a démontré l’accélération de l’angiogenèse. 

Ce concept est devenu un élément clé de la régénération osseuse.

L’utilisation du PRP liquide, en raison de l’incorporation d’anticoagulants est discutable dans le cas de ROG. 

La deuxième génération de concentré de plaquettes (PRF) autologue a été utilisé en dentisterie, en raison de ses protocoles de préparation. Le PRF a été développée en tant que membranes de nouvelle génération pour les procédures de GBR. 

L’ostéo-conduction et la biocompatibilité des greffons osseux ainsi que des membranes barrières résorbables (ou non) ont été largement débattus dans la littérature.

Désormais, les biomatériaux en tant que greffons osseux ne sont plus utilisés en tant que matériaux passifs : mélangé aux PRF, ils ont récemment acquis des avantages supplémentaires.

En exploitant les éléments sanguins inducteurs de la formation d’os, les biomatériaux sont devenus bioactifs.


7. L’ approche moderne de la mise en charge immédiate d’une prothèse complète implantoportée

La technique du Dr Alain Simonpieri. Note : Voir le chapitre MCI de ce site.

La réhabilitation dentaire des patients présentant un édentement complet reste un défi majeur pour le praticien. On estime maintenant que plus de 20% de la population âgée de 65 ans et plus subit une perte complète des dents et que, avec le vieillissement croissant de la population, ce nombre ne fera que continuer à augmenter. 

Dans le protocole du Dr Simonpieri la stabilité primaire des implants dans de l’os natif, optimisée par une prothèse immédiate réduisant les micro mouvement à moins de 200 micron est le socle de la technique.

Les techniques de mise en charge immédiatement après la pose d’implants permet d’optimiser le taux de survie et l’esthétique grâce à une immobilisation précoce des implants.

L’apport de a-PRF et de i-PRF dans cette technique permet d’optimiser l’objectif principal qui est de parvenir à maintenir l’ostéointégration et la stabilité a long terme des tissus autour des implants afin de préserver l’esthétique.

La stabilité de l’os autour des implants pendant les longues périodes de cicatrisation et l’épaisseur des tissus mous jouent un rôle primordial.

Une défaillance de l’un ou l’autre des deux facteurs induiront la perte du deuxième facteur.

Le but a atteindre est de maintenir une stabilité à long terme des implants et de l’esthétique de la prothèse. L’utilisation de fibrine autologue riche en plaquettes (PRF) sous sa forme de membrane (A-PRF) et injectable (I-PRF) en tant qu’agent biologique capable d’induire une vascularisation précoce des tissus osseux et des tissus mous, optimise ce but.


8 . L’utilisation de fibrine riche en plaquettes PRF dans l’esthétique et le rajeunissement du visage

Note : Voir le chapitre sur le rajeunissement du visage indiquant les traitements conventionnels pour l’esthétique du visage et l’utilisation de PRF liquide injectable.

Le développement des protocoles de centrifugation a des vitesses plus basses que pour le PRP, a permis la mise au point d’un PRF liquide injectable, le I-PRF.

Il peut être utilisé en tant que substitut autologue aux thérapies classiques par le PRP. Contrairement à ce dernier,  il présente l’avantage de ne contenir aucun additif, ni anti-coagulants-inhibiteurs connus de la régénération des tissus.

L’injections de I-PRF dans le derme ou le tissus conjonctif du visage est indéniablement un protocole majeur dans les thérapies de rajeunissement de la peau.

Par ailleurs, ces injections autour ou dans les cicatrices est particulièrement efficace pour  la réduction des chéloïde ou des cicatrices d’acné.

On note le nombre croissant de dentiste qui maintiennent une formation en esthétique du visage. 

Plus la population continue de vieillir, plus elle est également préoccupée par son apparence esthétiques. 

Une utilisation croissante de produits comprenant du Botox, des acides hyaluroniques, des fils de PDO et du plasma riche en plaquettes (PRP), entre autres, a été utilisée pour les procédures de rajeunissement du visage. 

On estime à présent que plus de 16 millions de procédures esthétiques sont pratiquées chaque année aux États-Unis seulement et cette tendance devrait continuer à augmenter avec le vieillissement de la population. Les techniques sont plus pratiques, plus économiques et plus sûres. 


9. Utilisation de la fibrine riche en plaquettes dans les autres domaines de la médecine

La fibrine riche en plaquettes (PRF) est largement utilisée en médecine dentaire, mais elle est appliquée beaucoup plus souvent en médecine générale pour diverses indications.

– Le PRF a tout d’abord été utilisés pour le traitement des ulcères douloureux au niveau des jambes. Il a également été démontré qu’ils amélioraient une variété d’ulcères des jambes et des mains;

– Le PRF est utilisés en chirurgie plastique et médecine esthétique pour soigner les défauts des tissus mous du visage, rhytides superficielles (rides), cicatrices d’acné,  procédures chirurgicales à la lipostructure;

– Le PRF est utilisé en ORL pour cicatriser les perforations traumatiques aiguës du tambour auriculaire;

– Le PRF est utilisé en orthopédie et rhumatologie pour soigner les blessures au tendon, l’arthrose du genou, les déchirures chroniques de la coiffe des rotateurs en rhumatologie;

– Le PRF est utilisé en chirurgie générale pour la gestion de la cholécystectomie laparoscopique, la réparation du prolapsus vaginal, la réparation de fistule urétra-cutanée;

Ces indications ne sont qu’un aperçu des nombreuses indications du PRF pour la régénération étendue à travers divers domaines de la médecine en dehors du domaine dentaire.

Tous les jours, de nouvelles applications sont découvertes. L’histoire de la médecine et de la dentisterie régénérative ne fait que commencer.


Les composants biologiques du PRF Fibrin Rich Platelet

Les composants biologiques du PRF Fibrin Rich Platelet : Les facteurs de croissance et leur action sur l’activité cellulaire.

Au cours du processus naturel de cicatrisation, le sang joue un rôle central dans la régénération tissulaire en fournissant divers types de cellules, facteurs de croissance, cytokines et facteurs de coagulation. 

Le concept des PRP, comme celui des PRF, est l’accélération et la potentialisation par les agents naturels autologues des processus de cicatrisation ou de régénération naturels du corps. 

Tout cela grâce à des techniques d’injections de doses supra physiologiques de plaquettes contenant les facteurs moléculaires inducteur de la régénération tissulaire.

Le PRP (Plasma riche en plaquettes) a été initialement développées pour augmenter le nombre de plaquettes dans les sites cicatriciels. Mais l’utilisation d’anticoagulants d’origine animal ne rend pas optimal ce protocole, même si la guérison est jugée, elle, quasi optimale. 

Le concentré de deuxième génération appelé PRF (Fibrin Rich en Platelet) a donc été mis au point comme vue précédemment.

Premier avantage, il est 100% naturel avec aucun anticoagulant exogène.

Au fil des ans, de nombreuses découvertes ont permis de comprendre que la fibrine agit sur l’ancrage de différents types de cellules et permet ainsi une libération lente et progressive des facteurs de croissance par ces cellules.

Il a été démontré que cette libération améliorait l’angiogenèse, le comportement des cellules cicatrisantes et donc la régénération des tissus. 

Deuxième avantage, il fournit les trois clés fondamentales pour optimiser l’ingénierie tissulaire, à savoir : 

1 – Les cellules cicatrisantes :

– Comme le PRP, le PRF contient de nombreuses plaquettes.

– La préparation du PRF avec une centrifugation plus basse permet un enrichissement en éléments du groupe cellulaire plasmatique cicatrisant.

Il a été démontré que l’abaissement de la vitesse et du temps de centrifugation augmentaient le nombre de macrophages et de leucocytes. C’est cellules sont importantes pour la défense de l’hôte et la cicatrisation des plaies. 

2 – Les facteurs de croissance tissulaires :

Ces plaquettes et ces cellules du groupe cicatricielle comme les leucocytes sécrètent un grand nombre de facteurs moléculaires inducteurs de la régénération et de la croissance tissulaire. Notamment :

– Le facteur de croissance transformant-B1 (TGF-B1), 

– Le facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGF), 

– Le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) 

– Le facteur de croissance-type insuline (IGF-1), capable de promouvoir d’avantage la migration, la prolifération et la différenciation des cellules. 

Le PRF contient 100% des leucocytes du prélèvement contre 10 à 50% des leucocytes pour le PRP selon le matériel utilisé.

3 – L’échafaudage matriciel de fibrine nécessaire à la cicatrisation :

Les anticoagulants n’étant pas utilisés pour la préparation de PRF, un échafaudage tridimensionnel de fibrine est formé, répondant aux trois critères principaux de l’ingénierie tissulaire de manière entièrement biologique et naturelle. 


L’évolution des protocoles de fabrication du PRF

L’ÉVOLUTION DES PROTOCOLES DE FABRICATION DU PRF VERS LE CONCEPT DE CENTRIFUGATION A BASSE VITESSE.

Au cours des cinq dernières années, de nouvelles modifications de la vitesse et du temps de centrifugation ont amélioré les protocoles de fabrication du PRF. Un nouveau concept s’est imposé désormais appelé «concept de centrifugation à basse vitesse».

La diminution de la vitesse de centrifugation du sang fraîchement prélevé sur le patient dans des tubes spécialement adaptés a permis de collecter un nouvel ensemble de cellules, à savoir principalement les leucocytes.

Le concept de centrifugation à basse vitesse (LSCC) introduit l’idée qu’avec la réduction de la force de centrifugation appliquée ou RCF (Relevant Centrifugation Forces) les matrices de fibrine emprisonnent un nombre accru de cellules inflammatoires cicatrisantes et de plaquettes, elles même, contenant les facteurs de croissance.

Les deux concepts d’Advanced PRF (A-PRF) et d’Injectable PRF (I-PRF) sont ainsi nés.

L’Advanced PRF (A-PRP) et l’Advanced PRF plus (A-PRF +) prennent la forme de matrices solides, qui est la base du PRF

L’A-PRF + préparé selon le concept du LSCC, comparé au PRF, présente un nombre accru de plaquettes et de leucocytes. Il montre des concentrations de libération de facteur de croissance significativement plus élevées sur 10 jours. 

De plus, une réduction supplémentaire du RCF basée sur le concept du LSCC a permis la mise au point d’un PRF injectable (i-PRF) sans utiliser d’anticoagulants. Des tubes de prélèvement sanguin spéciaux retardant naturellement, sans apport d’anticoagulants, l’organisation de la matrice de fibrine permet une utilisation clinique, dans un délai court, mais raisonnable.

L’i-PRF, préparé avec le RCF le plus faible, comprend le plus grand nombre de leucocytes et de plaquettes, illustrant l’effet du LSCC sur ce système de concentré de sang. 

Les leucocytes sont les principaux protagonistes de la cicatrisation et du processus de régénération. Leur présence dans les matrices d’Advanced PRF et Injectable-PRF met en évidence l’amélioration de leur capacité de régénération.

Les nouveaux  protocoles de fabrication de matrices de A-PRF et les injections de I-PRF ont un large éventail d’applications cliniques en dentisterie, en chirurgie maxillo-faciale ainsi que dans d’autres domaines médicaux.

En raison de leur protocole de préparation simplifié, minimalement invasif, l’efficacité de ce système s’impose comme une évidence.


Protocole d’obtention des PRF (J.Choukroun, Schleicher 2000)

Rappel : Le sang est composé de 99% de globules rouges, de 0,2% de globules blancs et de 0,6-1% de plaquettes (thrombocytes) servant à la coagulation du sang.

Préparation des PRF :

Un prélèvement sanguin sur le patient d’un jusqu’a 4 flacons de 10 ml (quantité minime par rapport au volume total de sang et équivalente à une prise de sang classique) est effectué.

La centrifugation des flacons de sang permet de séparer ses composants et de récupérer un concentré riche en plaquettes.

Une partie sert à la préparation d’une fine membrane d’environ 1mm d’épaisseur qui servent à recouvrir les sites chirurgicaux.

Une autre partie peut être mélangée à l’os autogène, allogène, xénogène ou alloplastique (synthétique) qui est utilisé pour combler le défaut osseux.

Utilisations cliniques : Les comblement de sinus avec selon les cas la possibilité de pose immédiate d’implant, les comblements de déficit osseux après une extraction, la cicatrisation des tissus mous après la mise en place d’implant.

Conclusion : Grâce au travail de l’ingénierie génétique de ces 10 dernières années, la régénération de l’os se fait plus vite, en plus grande quantité et qualité et avec une marge sécurité par rapport aux autres méthodes.

La technique utilisée par le docteur Jérôme Weinman est celle la société REGENLAB validée le Professeur Meningaud et le protocole de récupération de Platelet Rich Fibrin ou P.R.F ® par le docteur J.Choukroun.

Quelques autres techniques de centrifugation du sang:

Plasma Rich in Growth Factors ou P.R.G.F (Anitua 1999)

IMPORTANT :

La pratique des soins esthétiques du visage est régie par des législations qui diffèrent selon les pays.
La France et la Suisse par exemple ont des législations sensiblement différentes. 
Une qualification particulière est obligatoire pour pratiquer la médecine esthétique.
Dans certain cas, cette pratique est du domaine exclusive de la médecine esthétique et ne relève pas de celle des chirurgiens dentistes.
Les protocoles décrit dans ces pages sont une information généraliste destinée au public international et n’engage aucunement la responsabilité du Dr Weinman.

CONTACT  |  MENTIONS LÉGALES  |  PLAN DU SITE