9684
Jérôme WeinmanContactez nous
Menu
 
Vous êtes ici : Chirurgien-dentiste à Paris » Implant dentaire » Édentement, causes et conséquences

L’édentement

Les implants dentaires redonnent le goût de la vie aux personnes édentées.  Êtes-vous concerné par la perte d’une, plusieurs ou de toutes vos dents ?  

Si vous pensez que l’édentation complète est une rare malédiction qui vous frappe détrompez-vous.  

L’édentation complète et la réhabilitation de la denture des patients est un grave problème qui augmente avec l’âge de la population.  

SOMMAIRE

Quels sont les trois plus grands responsables de l’édentement précoce ?

Quelles sont les conséquences de l’édentement ?

Comment est-ce possible de perdre ses dents dans des pays fortement médicalisés au XXI ème siècle ?  

Bien sûr, l’accès aux soins de qualité dans les pays fortement médicalisés a beaucoup fait diminuer la perte des dents des patients par leur extraction suite aux délabrement carieux.

Mais en même temps l’augmentation de l’âge de la population entraîne un mouvement inverse à cause des maladies du parodonte appelées parodontopathies ou parodontites.  

Les maladies du parodonte deviennent un véritable fléau pour les populations vieillissantes, y compris dans les pays fortement médicalisés.  

Aux Etats-Unis, il a été démontré que presque la moitié de la population adulte (ce qui représente 60 millions d’adultes) avait une maladie parodontale avec différents degrés de sévérité.  

Les adultes de plus de 65 ans sont les plus touchées avec 64 % de personnes présentant une maladie parodontale moyenne ou grave.  

Actuellement la génération des plus de 65 ans représente à peu près 14 % de la population mondiale. Dans les pays fortement médicalisés ce paradoxe est que ce pourcentage augmente. La population y est vieillissante, avec moins de renouvellement que dans les pays en voie de développement. Les baby-boomers sont aussi un facteur augmentant ce taux.  

Donc, plus le pourcentage de personnes âgées augmente plus la maladie parodontale augmente avec un taux situé entre 20 et 30 %.  

Ce phénomène à comme conclusion funeste la perte totale ou quasi totale des dents de cette population.  

Il a donc été estimé qu’entre 200 et 300 millions de personnes à travers le monde ont besoin d’une prothèse complète pour restaurer un édentement complet ou quasi complet.  

Dans ces conditions, le développement de l’implantologie est un facteur essentiel de progrès pour aider ces personnes.  

Quel est le rôle de l’implantologie dans la réhabilitation complète des bouches des patients édentées ?  

Depuis des dizaines d’années des prothèses conventionnelles ont été utilisées pour restaurer la fonction et l’esthétique des patients édentés ou quasi édentés.  

Au fil des études sur les prothèses totales amovibles, il a été démontré que ce type de prothèse classique n’est pas confortable pour les patients.  

En particulier à cause de l’instabilité des prothèses amovibles qui tombent ou frottent sur les gencives sans force de mastication. 

Les personnes ont des difficultés à manger.  

Elles ont des douleurs associées aux frottements et un inconfort permanent.  

De plus il y a une diminution de la sécrétion salivaire et de la force des muscles masticateurs d’environ 20 % par rapport à une dentition naturelle.  

C’est pour cela que l’introduction de l’implantologie dans la réhabilitation des personnes partiellement ou totalement édentées a permis d’améliorer considérablement la stabilité des prothèses et donc de corriger ces inconvénients.  

L’utilisation des implants a joué un rôle important dans l’augmentation du confort pour ces patients en stabilisant leurs prothèses. Ils reprennent goût à la vie en mangeant normalement, parlent et sourient à qui les aiment.  

La pose des implants et la fixation de prothèses sur des implants permet une bien meilleure qualité de vie, d’esthétique et de mastication.  

Quels sont les trois plus grands responsables de l’édentement précoce ?

La carie dentaire et les parodontites sont les deux grandes causes responsables de l’édentement au cours de la vie. D’abord l’une ensuite l’autre.

La nature des problèmes dentaires évolue au cours de la vie et deux grandes pathologies peuvent être distinguées comme les causes majeures de l’édentement :

1. La carie dentaire est la source principale de l’édentement précoce

Pendant la jeunesse, la carie dentaire prédomine. Les dents cariées sans traitement approprié sont détruites et doivent être extraites sous peine de causer des infections importantes.

La carie dentaire : Vidéo didactique sur la formation de la carie dentaire et ses conséquences funestes que sont son extraction ou sa dévitalisation

Vidéo par la santé en vidéo

2. Les maladies parodontales

Vers le milieu de la vie, autour de la quarantaine, apparaissent les maladies parodontales ou maladies du parodonte.

L’allongement de la vie de la population entraine une augmentation de la fréquence des maladies parodontales. Alors que la carie dentaire est bien contrôlée par les dentistes, le déchaussement des dents prend le relai.

3. Les traumatismes sont la troisième cause d’extraction dentaire.

Un trauma brutal suite à des accidents ou des coups entraine la perte d’une (ou plusieurs dents) le plus souvent antérieure. L’avulsion de la dent lors du choc peut aussi entrainer la perte d’os et même de gencive. Il faut dans ce cas reconstruire ces tissus avant de poser un implant.

Un trauma chronique suite à un traitement orthodontique trop violent peut entrainer la perte d’un ou plusieurs dents. En effet, à cause des mouvements excessifs appliqués sur les racines, lors du traitement orthodontique multi bague, celles-ci peuvent se résorber et disparaitre. C’est la rhizalyse de la racine qui se produit naturellement lors de la disparition des racines des dents de lait pour laisser la place aux dents définitives. Les dents des adultes sans racines tombent comme des dents de lait.

Quelles sont les conséquences générales de l’édentement ?

Elles sont graves quel que soit l’emplacement des dents perdues.

La perte des dents postérieures perturbe la première phase de la digestion, c’est-à-dire la mastication. L’estomac doit digérer les aliments alors qu’ils n’ont pas été correctement broyés, ou le patient doit se contenter d’une alimentation semi liquide.

La perte des dents antérieures entraîne une associabilisation du patient du fait de l’inesthétisme de son sourire.

Ceci à de lourdes conséquences dans la vie sociale tant du point de vue professionnel (refus à l’embauche), personnel (échec dans les tentatives de séduction) que dans l’image de soi (perte de confiance) et donc un impact psychologique très mortifère qui peut mener à de graves préjudices sur la santé mentale, comme financière.

Quelles sont les conséquences buccales de l’édentement ?

– La fonte osseuse

Lié à la perte de dents, un phénomène de résorption osseuse irréversible des os des deux mâchoires se produit. Tel un muscle qui fond lorsqu’il ne sert plus, l’os qui retient les dents lui aussi fond lorsqu’il n’est plus stimulé. Or ce sont les dents, par la pression de la morsure, qui transmettent cette pression à l’os et le stimulent. L’absence de dents entraîne une absence de pression sur l’os, qui entraîne une disparition osseuse.

La quantité de perte osseuse est fonction du temps et des circonstances des extractions (brutalité, infection, parodontite, kystes mutilant, etc.). Poser un implant équivaut à « replanter » une dent et donc à retrouver un système de stimulation de l’os autour de l’implant par pression masticatrice pouvant se transmettre de nouveau. L’os à nouveau stimulé ne fond plus, ou en tous cas d’une façon physiologique, sauf si une péri-implantite complique la situation.

– Les migrations dentaires

Les dents adjacentes à une dent fraîchement extraite vont avoir tendance à se déplacer pour combler l’espace ainsi créé sur l’arcade dentaire. Ce phénomène physiologique peut prendre un certain temps, ce qui le rend difficilement perceptible au jour le jour. De la même façon la dent antagoniste (en face sur l’autre arcade) va « pousser » et descendre si c’est une dent du haut ou monter si c’est une dent du bas dans l’espace ainsi créé par l’édentement.

Le résultat donne deux arcades supérieure et inférieure en « montagnes russes », qui entraînent de grands désordres dans la capacité de morsure du patient et très souvent des déchaussements de dents, des maux de tête, des vertiges et de façon générale tous les désagréments liés aux problèmes de désordres occlusaux.

– La diminution de la capacité masticatoire 

La perte des dents perturbe la première phase de la digestion, c’est-à-dire la mastication. L’estomac doit digérer les aliments alors qu’ils n’ont pas été correctement broyés, ou le patient doit se contenter d’une alimentation semi liquide.

De plus les dents restantes vont être soumises à des forces supplémentaires, entraînant une fatigue et une usure plus importantes. D’autres problèmes apparaîtront sur ces dents à plus ou moins brève échéance.

– Le préjudice esthétique

La perte des dents antérieures entraîne une associabilisation du patient du fait de l’inesthétisme de son sourire. Ceci a de graves conséquences dans sa vie sociale tant du point de vue professionnel (refus à l’embauche), personnel (échec dans les tentatives de séduction) que dans l’image de soi (perte de confiance) et donc un impact psychologique très délétère qui peut mener à de graves préjudices sur la santé mentale comme financière du patient. Si l’on prend le cas de la perte des dents antérieures, aucune prothèse dentaire amovible (dentier) ne pourra reproduire l’effet naturel de dents émergeant de la gencive, que la racine soit naturelle ou même qu’il s’agisse d’un implant dentaire.Le port d’une prothèse amovible (dentier), est un traumatisme très souvent vécu comme un handicap important voir comme une mutilation. Elle ne permet pas de manger toutes les sortes d’aliments et doit être retirée à chaque nettoyage, ce qui rajoute au stress déjà existant. A terme, le patient modifie ses expressions du visage pour ne pas dévoiler cette mutilation ou la prothèse amovible et en perd le sourire au propre comme au figuré.