153
Jérôme Weinman Contactez nous
Menu
 
Vous êtes ici : Dr Jérôme Weinman, chirurgien-dentiste à Paris et médecin-dentiste à Genève » Greffe pré-implantaire » Microchirurgie des gencives à Paris : les greffes muco-gingivales

Microchirurgie des gencives à Paris : les greffes muco-gingivales

Les greffes muco-gingivales sont une chirurgie dédiée aux racines dentaires mises à nu, ou aux implants dentaires à nu. Ce traitement traite le problème à l’aide d’une greffe.

Les greffes muco-gingivales doivent être réalisées par un chirurgien-dentiste. Le Docteur Jérôme Weinman est titulaire d’un Certificat d’Études Supérieures de Parodontologie, ainsi que du diplôme de microchirurgie gingivale obtenu à Tokyo par le Professeur Masana Suzuki, président de la JAMD of Tokyo (Japan Association of Microscopic Dentistry). Il est également membre de l’Academy of Microscope Enhanced Dentistry (AMED) située aux États-Unis.


L’analyse du contour gingival dans les traitements dentaires

L’analyse du contour gingival est essentielle pour harmoniser le sourire. Elle doit être réalisée à la fois sur le plan esthétique et sur le plan de la santé.

Cette analyse est indispensable. Elle précède l’établissement d’un plan de traitement global pour obtenir un bon résultat esthétique. Qu’il s’agisse d’une opération pour retirer un surplus de la gencive, ou pour en greffer lorsqu’elle fait défaut, il est important de penser au protocole de remodelage gingival.

La chirurgie muco-gingivale regroupe tous les traitements chirurgicaux qui concernent les lésions inesthétiques de la gencive comme les récessions gingivales. Ces protocoles sont ici étudiés en tant que stratégies dans l’élaboration d’un plan de traitement visant à réhabiliter le sourire.


Les objectifs de la microchirurgie muco-gingivale

Le chirurgien-dentiste prélève de la gencive du palais du patient pour la greffer sur la zone de récession de la gencive. Ce prélèvement peut également être translaté depuis un site donneur.

Les objectifs de la micro-chirurgie muco-gingivale sont les suivants :

  • Stopper la progression des récessions gingivales ;
  • Recouvrir une racine dénudée ;
  • Réduire l’hypersensibilité dentaire due à l’exposition de la dent ;
  • Améliorer l’esthétique du sourire ;
  • Apporter en prévention de la gencive kératinisée dans le cas où une prothèse ou un traitement orthodontique est planifié.

Que sont les récessions gingivales ?

recession_gingivale

La récession gingivale (ou dénudation radiculaire) est une modification de la gencive au niveau du collet de la dent. Il s’agit d’une rétraction gingivale et osseuse qui laisse la racine dentaire à nu.

La récession gingivale est parfois combinée à une poche parodontale infectieuse, ce qui peut compliquer la situation.

L’étiologie des récessions parodontales

L’étiologie des récessions des gencives est complexe : il existe souvent un ou plusieurs facteurs de prédisposition couplés à un ou plusieurs facteurs déclenchants.

Les facteurs de prédisposition

Ces facteurs sont pour la plupart anatomiques.

  • Absence de tissu kératinisé ;
  • Mince épaisseur et faible hauteur de tissu kératinisé ;
  • Malposition des dents ;
  • Traction des freins et brides ;
  • Vestibule trop peu profond ;
  • Déhiscence osseuse (récession de l’os sous la gencive) ;
  • Fenestration des os ;
  • Table osseuse mince.

Les facteurs déclenchants

  • Traumatisme de l’occlusion ;
  • Brossage des dents inadapté ou traumatique ;
  • Déplacement orthodontique excessif ou incontrôlé ;
  • Prothèse fixée mal adaptée ;
  • Crochets, barres ou bandeaux compressifs en prothèse partielle amovible ;
  • Incision de décharge mal située ;
  • Tabagisme ;
  • Onychophagie ;
  • Certains piercings.

La récession gingivale entraîne des problèmes à la fois esthétiques et symptomatiques. En effet, elle rend les dents du patient hypersensibles et hyperesthésiques. Des difficultés peuvent être rencontrées pour manger au quotidien.


Le traitement des récessions gingivales

Le traitement repose sur une greffe de gencive. Celle-ci va permettre de consolider la gencive pour endiguer la progression de la maladie.

L’autre solution est de procéder à une équilibration occlusale. Elle est indiquée lorsque la récession est favorisée par une malposition dentaire.

Quand le problème provient du bruxisme nocturne (grincement des dents), le patient doit porter une gouttière durant la nuit. La gouttière va absorber les forces occlusales en excès. Elle est réalisée sur mesure d’après une empreinte de la dentition du patient.

Les protocoles opératoires chirurgicaux de greffes gingivales

Il existe plusieurs protocoles opératoires.

Greffe épithélio-conjonctive ou greffe de pleine épaisseur

Le greffon prélevé est complet : épithélium kératinisé + conjonctif.

Cette technique augmente et consolide la gencive kératinisée. Le recouvrement de la racine est plus ou moins complet (rarement total).

Greffe de tissu conjonctif enfoui

Seul le tissu conjonctif est prélevé : il sera enfoui sous l’épithélium du site receveur.

Ce protocole opératoire va permettre un recouvrement de la racine ainsi que la création de gencive attachée ou de papilles interdentaires.

Lambeau déplacé latéralement

Le chirurgien-dentiste vient décoller une partie de la gencive pour la déplacer. Cette technique va permettre au patient d’obtenir un recouvrement des récessions ainsi qu’un apport de gencive.

Lambeau déplacé coronairement

Cette technique permet de recouvrir une ou plusieurs récessions des gencives.

Lambeau positionné apicalement

Ce protocole permet d’ajouter de la hauteur au moignon avant de poser une couronne dentaire.


La greffe muco-gingivale à l’aune de la microchirurgie

Tous les protocoles de greffes peuvent être déclinés à l’aune de la microchirurgie. L’innovation se trouve désormais du côté du plateau technique par l’emploi de technologies conçues pour la microchirurgie sous microscope.

Ces innovations remanient totalement les protocoles de traitement et leurs résultats. Les vaisseaux capillaires souffrent moins durant les opérations grâce à l’emploi d’instruments qui sont empruntés à la chirurgie ophtalmique. De ce fait, on maintient ou augmente la microcirculation sanguine qui préservera les vaisseaux capillaires, et augmentera la prédictibilité et l’efficacité de la cicatrisation.