9415
Jérôme WeinmanContactez nous
Menu
 
Vous êtes ici : Chirurgien-dentiste à Paris » Soins dentaires sous sédation » Sédation semi-inconsciente

Qu’est-ce que la sédation semi-inconsciente ?

Aussi appelée “sédation vigile”, la sédation semi-inconsciente représente le deuxième niveau de sédation.

La sédation semi-inconsciente peut convenir :

  • Aux patients présentant une phobie du dentiste qui ont besoin de soins qui leur seraient impossible de recevoir sans une sédation adaptée,
  • Aux personnes éloignées des centres de soins dentaires d’excellence et qui souhaitent regrouper leurs séances chez le dentiste pour optimiser leurs déplacements
  • Aux patients dont les activités professionnelles sont accaparantes, disposant ainsi de peu de temps pour leur santé bucco-dentaire et désirant réaliser le maximum de soins en un minimum de temps

Cette sédation est appelée “semi-inconsciente” pour les raisons suivantes:

  • Le patient est plongé dans un profond sommeil, grâce à l’injection par voie intraveineuse, d’un anxiolytique ou d’un sédatif avec ou sans une séance d’hypnose. Il perd la conscience de ce qui se passe au cabinet lors des soins dentaires ;
  • Le patient est capable de répondre malgré tout à des consignes simples comme “ouvrez la bouche”.

On appelle « sédation semi-inconsciente » tout type de protocole qui plonge le patient dans un sommeil profond. Mais pas dans un coma.

Il existe deux grandes familles de techniques : d’une part les hypnoses médicamenteuses et les diazanalgésies. L’utilisation de l’une ou l’autre de ces techniques dépend de la formation du médecin anesthésiste-réanimateur, du désir et du besoin de confort du patient, du niveau d’invasion des interventions à pratiquer, de leur durée, de leur fréquence et de la législation en vigueur dans le pays où ces interventions sont pratiquées.

SOMMAIRE

L’hypnose médicamenteuse

La diazanalgésie


L’hypnose médicamenteuse

L’hypnose médicamenteuse associe la sédation par voie intraveineuse et la relaxation par suggestion.

Son principal avantage est de n’administrer que des doses minimes de sédatifs par voie intraveineuse, le patient étant d’ores et déjà placé dans un état hypnotique par le médecin anesthésiste.

La pose d’un abord veineux permet d’injecter directement des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des antidouleurs ou tout autres médicaments utiles. Il permet aussi d’avoir un accès permanent à l’organisme pour injecter des médicaments en cas d’urgence ou de détresse médicale. C’est un gage de sécurité pour le patient quelque soit son état de santé ou de stress indéniable.

cabinet dentaire zen

L’hypnose médicamenteuse : pour quels patients ?

Les patients devant subir des actes peu invasifs et relativement courts peuvent envisager ce mode de sédation dentaire.

Certains patients sont trop phobiques ou trop conscients pour être réceptifs à l’hypnose. Certaines personnes sont totalement réfractaires.

Dans ces cas-là, il est toujours possible d’administrer un peu plus de sédatif jusqu’à l’obtention de l’état de somnolence souhaité.

Les sédatifs, administrés par voie intraveineuse, accélèrent et optimisent les effets de l’hypnose et réciproquement.

Bien évidemment, toutes les techniques précédemment décrites dans la sédation consciente peuvent être conjuguées à ce protocole, afin de préparer le patient à une relaxation totale.

C’est ainsi que des patients phobiques du dentiste extrêmement anxieux à l’idée de soins dentaires ou des personnes légitimement angoissées à l’idée de subir une intervention chirurgicale lourde, peuvent être soignées dans un confort maximum.

Il faut tenir compte aussi de personnes qui sont éloignées géographiquement des centres dentaires spécialisés dans des reconstructions chirurgicales importantes ou des réhabilitations esthétiques de grande ampleur.

Ce type de plan de traitement implique de nombreuses séances qui peuvent être compactées dans un nombre réduit  d’allers et retours au cabinet dentaire.

L’hypnose médicamenteuse : pour quel effets ?

Le patient, placé sous sédation par voie intraveineuse et détendu par suggestion, va se détacher de sa situation actuelle pour parvenir à un état de conscience modifié. De cette façon, il ne dormira pas, mais aura le sentiment de « flotter » et se détachera des soins qu’il sera en train de subir. Son appréhension sera jugulée par la sédation intraveineuse et la suggestion.

Pour autant, comme pour le comprimé relaxant ou le gaz MEOPA, ce mode de sédation dentaire ne se substitue pas à l’anesthésie locale qui devra dans tous les cas être pratiquée par le chirurgien-dentiste.

L’hypnose médicamenteuse : concrètement, comment cela se passe t-il ?

Ce mode de sédation dentaire ne peut être réalisé que par un anesthésiste formé à l’hypnose. Lorsque le patient arrive, il est placé en position semi-allongée. Il peut, au besoin, avoir déjà pris un comprimé relaxant. Le gaz MEOPA peut aussi lui être proposé. L’anesthésiste lui pose alors le cathéter pour diffuser le sédatif par voie intraveineuse. Puis, il le place dans un état de suggestion grâce à l’hypnose. Le sédatif optimise l’effet de l’hypnose et le patient est, dans le même temps, traité par le chirurgien-dentiste sans qu’il ait parfaitement conscience de la nature des soins administrés, ni de la durée précise des soins. Une dose minimale de sédatifs lui est administrée. La réversibilité de son état est immédiate. Le patient se réveille et repart, toutefois accompagné par un parent ou ami. Il pourra vaquer à ses  occupations dès le lendemain. Le patient devra être à jeun six heures avant l’intervention.

L’hypnose médicamenteuse : pour quel types de soins ?

Tous les soins peuvent être pratiqués sous hypnose médicamenteuse au cabinet dentaire.

Cette technique peut également être pratiquée en milieu hospitalier ou en clinique, pour des opérations particulièrement lourdes et invasives.

La pose de prothèses ou la petite chirurgie orale, sont éligibles à ce type de sédation dentaire. Vous pourrez, si vous le désirez, aborder ce point avec votre chirurgien-dentiste qui vous conseillera au mieux après avoir cerné votre niveau de stress et défini le type de soins que vous devrez recevoir.

Si vous devez subir une sédation semi-inconsciente, dont l’hypnose médicamenteuse fait partie, vous devrez respecter certaines règles.

Tout d’abord, vous devrez cesser de boire et de manger six heures avant votre intervention.

Si vous êtes autorisé à regagner votre domicile après avoir recouvrer vos esprits, le jour même de l’intervention, prenez vos dispositions pour qu’un proche vienne vous chercher. En effet, durant les 24 heures suivant votre anesthésie, vous ne pourrez, par mesure de précaution évidente, pas conduire.

Vous veillerez également à ne pas passer la première nuit suivant votre intervention, seul à votre domicile.

Enfin, vous serez autorisé à faire un repas léger le soir, tout en ne consommant, bien sûr, ni alcool, ni tabac.

En respectant toutes ces indications et même si le “risque zéro” n’existe jamais en médecine, vous garderez de cette intervention un souvenir diffus, étudié pour avoir été le moins pénible pour vous. La reprise de vos activités quotidiennes et professionnelles pourra, selon le type d’intervention réalisé, s’effectuer en douceur, dans un temps généralement court.


La diazanalgésie

La diazanalgésie : la sédation de référence pour un très large éventail de soins

Principale technique de sédation semi-inconsciente, la diazanalgésie est ainsi nommée car elle consiste à injecter au patient, par voie intraveineuse, des médicaments de la famille des Benzodiazépines.

stress au cabinet dentaire - dentophobie – stomatophobie

Elle représente la technique de sédation de référence pour bon nombre de patients qui doivent subir un acte chirurgical, une pose de prothèse, une greffe gingivale ou tout acte dentaire relativement long et au cours duquel un inconfort, un stress, ou une lassitude peuvent intervenir.

Du fait de sa grande souplesse et réversibilité, la diazanalgésie peut être prolongée si le soin n’est pas terminé. L’anesthésiste-réanimateur qui accompagne toujours le chirurgien-dentiste pour ce type de sédation peut ainsi, au besoin, réinjecter au patient une dose de produit sédatif pour que la séance se déroule dans les meilleures conditions de confort, à la fois pour le patient, mais aussi pour le chirurgien-dentiste, qui reste ainsi totalement concentré sur son geste technique.

Les limites  et contre-indications de la diazanalgésie :

Chaque sédation n’excède pas une durée de cinq heures, par principe.

De la même manière, la diazanalgésie peut être répétée à échéances rapprochées, du fait de l’élimination rapide par l’organisme des Benzodiazépines. Elle est réalisée par un médecin anesthésiste qui a pris connaissance de votre état de santé et n’a pas identifié de contre-indication à ce mode de sédation semi-inconsciente. La principale différence entre la diazanalgésie et l’anesthésie générale, est que cette dernière doit être considérée comme très ponctuelle.

Il n’existe ainsi que très peu de contre-indications à ce mode de sédation

La diazanalgésie : pour quels effets ?

Injectées par voie intraveineuse, les Benzodiazépines rendent le patient à la fois inconscient de ce qui se passe dans le cabinet et de la durée de ses soins dentaires,tout en lui permettant de répondre à des consignes simples et de se réveiller très peu de temps après la fin de l’intervention. D’où l’autre nom de la diazanalgésie : la “sédation vigile”.

Le patient, placé dans un sommeil profond, est ainsi totalement désinhibé et dans les meilleures conditions pour l’intervention soit correctement conduite.

Le médicament anxiolytique sera injecté régulièrement, provoquant ainsi un sommeil induit. Il sera réversible très rapidement, dès l’arrêt de l’injection.

Du fait de l’élimination très rapide des Benzodiazépines, ce protocole est  renouvelable dès le lendemain même s’il le faut. Il est particulièrement bien adapté aux longues séances de soins dentaires compactées.

L’avantage majeur par rapport à la sédation consciente réside dans son caractère non aléatoire. En effet, si les effets du comprimé relaxant ou de l’inhalation du gaz MEOPA peuvent être relativement variables d’une personne à l’autre, il n’en est pas de même pour la diazanalgésie qui est, au contraire, parfaitement maîtrisée par l’anesthésiste-réanimateur qui accompagne le chirurgien dentiste. En effet, ce type d’administration par voie intraveineuse rend le protocole beaucoup plus efficace que si la Benzodiazépine avait été prise en comprimé.

A la fin de la séance, le patient se réveillera rapidement. Il échangera de façon consciente avec l’équipe soignante. Dans certains cas, il peut ne plus se souvenir de cet échange quelques heures après son retour à son domicile (toujours accompagné) : c’est ce que l’on appelle l’amnésie rétrograde. En effet, les médicaments injectés ont un effet amnésiant parfaitement normal.

La diazanalgésie : pour quels patients ?

La diazanalgésie intéresse au premier plan les personnes phobiques du dentiste, phobiques des piqûres, ou phobiques du sang.

Plus généralement, à toute personne anxieuse à l’approche d’un rendez-vous chez le dentiste.

En effet, plonger le patient dans un sommeil profond est le moyen le plus rassurant d’être soigné tout en n’ayant aucune conscience de ce qui se passe autour de vous.

Les patients ayant régulièrement des réflexes nauséeux à l’approche des instruments du dentiste se verront également grandement apaisés par ce type de sédation. Ils ne verront pas ces instruments et ne ressentiront aucune appréhension, puisque leur cerveau est totalement déconnecté de la réalité.

Les personnes éloignées des centres dentaires d’excellence trouveront également la diazanalgésie très pratique, puisqu’elle offre la possibilité de réaliser des soins dentaires de grande envergure, avec des séances longues et très rapprochées. Ce gain de temps est extrêmement appréciable lorsqu’on vit dans un lieu qui ne dispose pas de structures adaptées.

Les personnes menant une activité professionnelle très chronophage et qui ne peuvent consacrer à leur santé dentaire le temps nécessaire, seront également très intéressées par ce type de sédation semi-inconsciente. En effet, ce sera l’occasion pour elles de traiter en profondeur des problèmes de toutes natures, d’implants, de comblement de sinus, des facettes dentaires ou tout autre protocole chronophage et pénible.

L’ensemble des soins sera compacté sur des séances de quatre à cinq heures. Le nombre total de séances sera réduite au minimum. Ces séances peuvent être rapprochées ou au contraire éloignées selon les contraintes spécifiques du patient.

Pour finir, des personnes qui sont habituées à un confort de vie maximum et qui ne souhaitent pas vivre des moments pénibles ou même seulement délicats dans un cabinet dentaire, seront forcément séduites par l’absence de sensations désagréables des sédations semi-inconscientes. Paradoxalement, ces séances deviennent très acceptables puisqu’elles plongent le patient dans un état de « béatitude ».

La diazanalgésie : concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Si vous avez choisi de recourir à la diazanalgésie pour vos soins dentaires, sachez que la procédure, menée par un anesthésiste-réanimateur qui se tiendra aux côtés du chirurgien-dentiste durant tout le soin, est conçue pour être la plus sécurisée possible.

Au cours de l’intervention, le médecin anesthésiste-réanimateur, qui réalise la diazanalgésie, contrôle en permanence le patient et son degré d’inconscience, afin que ce dernier soit dans un état constant de confort maximum.

La surveillance nécessite un moniteur cardiaque, un oxymètre, un tensiomètre, une colonne de sécurité pour ventiler le patient, ainsi que tous les gaz comme l’oxygène, nécessaires pour faire face aux situations d’urgence. D’une façon générale, le matériel à disposition dans le cabinet dentaire est le même que dans une salle de réveil de clinique pour garantir le niveau de sécurité optimal.

Il faut savoir que la peur, le stress, dans un cabinet dentaire peut générer des malaises qui sont beaucoup plus dangereux qu’une sédation bien conduite par un médecin anesthésiste avec un matériel adapté.

La plupart des cabinets dentaires ne possèdent pas le matériel de réanimation idoine pour ce type d’anesthésie. La formation aux situations d’urgence doit être celle d’un professionnel de la réanimation même si la plupart des dentistes ont suivi lors de leur cursus une formation de base.

Une conclusion s’impose : la maîtrise de la peur et du stress, ainsi que des fonctions vitales du patient par des professionnels formés et entraînés, permettent de sécuriser des interventions, même lourdes, paradoxalement mieux que des interventions réputées légères, avec une absence de tout le matériel et les compétences pré-citées.

Lorsque l’intervention est terminée, vous vous réveillez en douceur, car il suffit que l’apport de Benzodiazépine s’arrête pour que l’effet se dissipe très vite, la demi-vie de ces produits étant très courte.

La diazanalgésie : pour quels types de soins ?

Tous les types de soins sont éligibles à la diazanalgésie.

Ce mode de sédation permet de compacter les soins en une, voire en quelques séances. Il est donc prisée pour des soins d’envergure, comme la chirurgie orale : parodontale, implantaire, maxillo-faciale, le comblement osseux, la greffe osseuse, le comblement des sinus, les extractions dentaires, et tous les traitements dentaires sans douleur.

La sédation semi-inconsciente oblige : vous devrez être à jeun, c’est-à-dire avoir cessé de boire et de manger durant les six heures précédant l’acte chirurgical sous diazanalgésie.

Si vous subissez une intervention en ambulatoire, pensez également à prévenir un de vos proches pour qu’il vienne vous chercher à la sortie de la clinique ou du cabinet, car vous ne serez pas autorisé à conduire durant les 24 heures suivant votre anesthésie.

Vous mangerez léger à votre retour à votre domicile, ne consommerez ni alcool, ni ne fumerez.

Enfin, halte au stress. Même si le “risque zéro” n’existe pas en médecine, vous avez fait le choix de vous entourer de compétences reconnues en dentisterie et anesthésie, et vous vous réveillerez en gardant de cette expérience un souvenir diffus, étudié pour avoir été le moins pénible pour vous.