8372
Jérôme WeinmanContactez nous
Menu
 

Xenia, exemple de cas complexe de reconstruction esthétique

Xenia, exemple de cas complexe de reconstruction esthétique de la couronne d’un incisive centrale et de son parodonte,  après l’extraction de la dent. L’extraction d’une incisive centrale puis la pose d’une couronne céramique cosmétique sur un implant en remplacement de la racine dentaire extraite.

Afin de reconstruire l’alvéole dentaire déshabitée après l’extraction de la racine, mais aussi la paroi osseuse externe (vestibulaire) de cette alvéole avec sa forme et pour finir, le festonnage de la gencive autour de la couronne dentaire, une chirurgie dites de reconstruction osseuse et gingivale de l’alvéole grâce à l’utilisation des protocoles de greffes osseuses biosynthétiques, l’utilisation des membranes de PRF (Plasma riche en Fibrine) contenant des facteurs de croissances plaquettaires cicatriciels et des injections de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) pour amplifier la reconstruction des tissus précédemment cités, est incontournable.

L’implant dentaire est posé avant ou au moment de la réalisation des greffes osseuses et gingivales avec adjonction de PRP et PRF.

Un guidage digital au moment de la pose est possible. Une couronne céramique cosmétique fixe de reconstruction de la couronne dentaire naturelle est réalisée après l’ostéo-intégration de l’implant dentaire et la maturation des greffes.

Suite aux problèmes de rhizalyse (résorption pathologique de la racine) et d’infection de la racine de l’incisive centrale du patient, cette dent a été extraite: 

Au moment de l’extraction un apport de biomatériaux (substitut osseux) a été réalisé afin de combler l’alvéole déshabitée. De plus, il est indispensable de réparer ou consolider, la paroi externe de l’alvéole afin de limiter sa résorption. Cette paroi est extrêmement fine autour de la racine naturelle de l’incisive (quelques dixième de millimètre) et sa finesse est incompatible avec la pose d’un implant uniquement, si l’on considère le vieillissement des tissus péri-implantaires et le maintien d’une esthétique qui, à ce niveau, est primordiale.

Toujours au moment de l’extraction, la réalisation d’une greffes épithélio-conjonctive est indispensable pour avoir une chance de reconstruire d’une part le festonnage gingivale à la bonne hauteur mais aussi bien sûr, les papilles gingivales qui disparaissent avec l’extraction de la dent.

ici j’ai choisit de faire une greffe pédiculée avec un prélèvement au palais rétro incisif.

L’apport du protocole de pose de membranes de PRF (Plasma riche en Fibrine) contenant des facteurs de croissances plaquettaires cicatriciels, conjointement à celui d’injection de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) augmente le potentiel de reconstruction des tissus précédemment cité. Ces protocoles modernes que les cliniciens affinent en permanence, sont des avantages majeurs dans la reconstruction immédiate de la micro-vascularisation qui, elle-même, est déterminante pour la cicatrisation primaire et pour la pérennité dans le temps des tissus mous et durs.

L’implant a été placé dans l’alvéole dans l’axe de la racine. A ce stade, un guide chirurgical peut être une aide efficace, surtout pour éviter un obstacle anatomique (comme de paquet vasculo-nerveux contenu dans le trou rétro-incisif).

Après la cicatrisation des tissus mous (gencive) et durs (os alvéolaire) la couronne céramique cosmétique est placée sur l’implant.

La conservation de l’esthétique du sourire est conditionnée essentiellement par la reconstruction des tissus gingivaux autour de la couronne céramique cosmétique et osseux autour de l’implant.

 

Situation initiale et déroulement du protocole opératoire :

 

 

 

Cicatrisation des tissus et résultat clinique à la pose définitive de la couronne céramique cosmétique :

 

N'hésitez pas à partager cette page avec votre entourage
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email